PARTAGER

La Plateforme des organisations de la Société civile pour le suivi des Odd recommande à l’Etat de diversifier l’offre d’éducation afin d’atteindre l’Odd 4 qui concerne ce secteur.

La Plateforme des organisations de la Société civile pour le suivi des Odd (Posco) agenda 2020-2030, a partagé hier son Rapport national de contribution sur les Objectifs de développement durable (Odd), particulièrement l’Odd 4, marqué par sa transversalité et la multiplicité des acteurs, mais surtout parce qu’ayant trait à l’éducation, qui est un pilier essentiel pour le développement du Sénégal. Malgré le constat, la Posco salue la volonté de l’Etat d’assurer une éducation gratuite et accessible à tous, même si des goulots d’étranglement persistent encore dans la mise en œuvre de cette ambition. «Les enfants hors du système éducatif sont en nombre très grand, on les voit aux heures de cours dans les rues», s’est désolé hier Oumar Sow. Et le secrétaire exécutif de la Posco rappelle à l’Etat son de devoir de permettre à tous les enfants d’accéder à une éducation de qualité. «Cela interpelle notre système éducatif en termes d’offres, de possibilités éducatives,… Il va falloir revoir la donne et introduire les langues nationales, l’éducation arabe et d’autres types d’écoles. Il faut aller dans ce sens et permettre aux enfants d’être pris en compte dans les politiques d’éducation», recommande Oumar Sow.
D’après lui, l’Etat du Sénégal doit régler la question de l’accès à une éducation gratuite et de qualité à tout le monde et également assurer la pacification environnement scolaire dont le respect du quantum horaire, l’accessibilité à l’éducation classique et les abris provisoires.
L’autre défi est de trouver les moyens pour résorber le gap financier qui reste énorme. «Il faut vraiment résorber ce gap financier pour permettre aux acteurs qui interviennent dans le système éducatif de bien travailler», invite M. Sow. La bonne gouvernance s’impose ainsi à l’Etat s’il veut atteindre l’Odd 4. «On injecte beaucoup d’argent dans l’éducation, il va falloir que cet argent-là ait un impact sur les cibles directes», souhaite le secrétaire exécutif de la Pasco 2020-2030, qui appelle à une appropriation de l’Odd 4. A l’en croire, les acteurs concernés ignorent cet objectif. «Quand tu leur parles de l’Odd 4, c’est comme si tu parlais à des gens qui ne le connaissent pas. La question de l’appropriation de l’Odd dans les politiques publiques mais également par les acteurs concernés pose problème. Il va falloir que l’Etat y travaille», suggère-t-il.

ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here