PARTAGER

Proposer le dépistage du Vih/Sida à tous les patients : Voilà une stratégie bien réfléchie pour contribuer à la lutte contre le Vih/Sida. Les chirurgiens-dentistes veulent désormais jouer leur partition dans cette lutte qui mobilise toute la communauté internationale ainsi que le Sénégal. Une «initiative heureuse» à encourager, estime la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls). Pour Dr Safiétou Thiam, celle-ci est à compter parmi les stratégies innovantes dont notre pays a besoin pour atteindre ses objectifs, notamment le premier 90, qui consiste à dépister au moins 90% des personnes vivant avec le Vih.
Cheikh Tidiane Ndour, chef de la Division Sida/Ist, magnifie le rôle «important» que les chirurgiens-dentistes peuvent jouer dans la prévention en promouvant et proposant le dépistage du Vih/Sida aux patients. «Ils constituent un point de contact essentiel avec la population et peuvent faciliter le diagnostic et la prise en charge», affirme le chef de Division Sida/Ist. Faut-il le rappeler, «trois séropositifs sur dix ne connaissent pas leur statut sérologique. Ce qui constitue un frein à l’atteinte des objectifs du premier 90», alerte M. Ndour. Safiétou Thiam appuie pour dire que d’ici l’échéance de 2020, «il nous faut dépister 30% des personnes vivant avec le Vih et la moitié doit être mise sous traitement anti-rétroviral».
Au-delà de la prévention, le professionnel dentaire peut également aider dans la prise en charge de cette maladie. Dès lors, il doit être sensible à une certaine manifestation de la maladie, notamment au niveau bucco-dentaire. Selon Codou Badiane, chef de la Division de la santé bucco-dentaire, la personne qui développe la maladie a des symptômes au niveau bucco-dentaire. «Il appartient aux praticiens de pouvoir déceler ces symptômes et d’orienter les malades dans les structures de prise en charge», dit-elle
L’Amicale des chirurgiens-dentistes de la promotion Alioune Diop en est à sa deuxième édition de journées scientifiques. L’année dernière, le choix était porté sur la tuberculose et le thème était «Professionnels dentaires et tuberculose : quelle attitude face à nos patients ?» Une façon dire que le praticien ne doit plus seulement se limiter à son domaine de compétence qui est la bouche. Il peut également tracer des passerelles vers les autres maladies pour une prise en charge plus correcte des maladies.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here