PARTAGER
Khoudia Mbaye, ministre des Investssements.

Le ministre de la Promotion des investissements, des partenariats et du développement des téléservices de l’Etat est convaincu que l’économie sénégalaise est attractive. Mme Khoudia Mbaye en veut pour preuve le montant des Investissements directs étrangers (Ide) qui a connu une hausse de 12% en 2016.

L’économie sénégalaise est attractive. Le ministre de la Promotion des investissements, des partenariats et du développement des téléservices de l’Etat l’a réaffirmé hier à l’occasion de la revue annuelle conjointe de son département. Selon Mme Khoudia Mbaye, la preuve en est donnée par le niveau des investissements privés qui a dépassé les 1 550 milliards de francs Cfa en 2016. Dans le même temps, les Investissements directs étrangers (Ide) ont connu une hausse de 12% pour s’établir à 210 milliards de francs Cfa. «Cette tendance favorable traduit une certaine diversification de notre économie ainsi que des avancées significatives dans la résilience aux chocs exogènes», se réjouit Mme Mbaye.
Selon M. Lamine Ba, directeur de l’Environnement des affaires à l’Agence pour la promotion des investissements (Apix) durant l’année 2016, ce sont 1 467 milliards de francs Cfa qui ont été agréés en termes d’investissement «dans des secteurs réels», soit une hausse de 7%. De plus, indique M. Ba, ces investissements ont été portés à 70% par des Sénégalais. «Nous avons des performances, nous avons aussi des contraintes», a souligné le ministre. Ces contraintes épousent les nouvelles orientations du Programme de réforme de l’environnement des affaires (Preac) qui, dans sa deuxième phase, ambitionne l’achèvement des réformes institutionnelles pour 2018, la simplification des systèmes de tarification, la dématérialisation des demandes et la promotion des zones compétitives comme principaux axes d’intervention.
Selon M. Ba, l’objectif est de favoriser les Partenariats publics-privés (Ppp) dans les zones dédiées comme les Agropoles, les Domaines agricoles communautaires (Dac) ou les Zones économiques spéciales (Zes). Aujourd’hui, grâce aux avancées notées dans l’amélioration de l’environnement des affaires, certaines démarches administratives sont devenues plus simples. C’est le cas pour le permis de construire, délivré entre 28 et 40 jours, ou des transferts de propriétés qui prennent entre 20 et 40 jours. Au total, quelque 16 mille entreprises ont été créées aux guichets de l’Apix, dont 5 000 par personne morale, informe M. Ba.
Une telle dynamique devrait se poursuivre les prochaines années à la faveur de la montée en puissance des projets en Ppp dont le cadre juridique a été revu, ajoute Mme le ministre. Cependant, d’autres contraintes devront aussi être levées comme le foncier ou l’instauration du paiement électronique.
Avec l’adoption d’un Cadre harmonisé de suivi des politiques publiques (Case), tous les ministères procèdent à une revue sectorielle avant la tenue de la Revue annuelle conjointe (Rac) prévue en juin. L’atelier d’hier s’inscrit dans cette dynamique et vise à «analyser les performances, faire le bilan des réalisations et passer en revue le travail effectué», a précisé Mme Mbaye.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here