PARTAGER

Le footballeur Pape Ndiaga Thiam n’oubliera pas de sitôt son séjour au pays natal. Au Sénégal depuis 20 jours, le sociétaire d’un club professionnel en Autriche, sans aucune autre précision, a passé quelques jours en prison. Hier, il a été conduit devant le juge des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar en compagnie de son ami Boubou Nguenène. Pour­suivis pour «détention et mise en circulation de faux billets de banque», les prévenus ont été finalement relaxés par le Tribunal. En effet, les mis en cause ont été arrêtés dans un restaurant pour avoir payé leur consommation avec un faux billet de 50 euros, soit plus de 32 mille francs Cfa. C’est après encaissement que la caissière s’est vite rendu compte qu’elle n’avait pas entre ses mains de bons billets.
A la barre, le jeune footballeur a expliqué aux juges qu’il ne savait pas qu’il s’agissait d’un faux billet. «Je n’ai jamais vu de faux billet de ma vie», dira M. Thiam.
Dans son réquisitoire, le procureur a demandé l’application de la loi. Pour la défense, le délit de «détention de faux billets de banque» ne peut pas être retenu dans cette affaire. «C’est la police elle-même qui doit dire s’il s’agit d’un faux billet ou non. La caissière n’est pas habilitée à constater la fausseté d’un billet. Rien ne nous prouve que ce billet est un faux», explique l’avocat. Selon toujours la défense, les scellés «obligatoires» n’ont jamais été montrés. Enfin, la demande de relaxe pure et simple des prévenus a été suivie par le Tribunal. Pape Ndiaga Thiam peut retourner tranquillement en Autriche pour retrouver les terrains de foot.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here