PARTAGER

Le président de la République a offert, hier soir au Palais, un «ndogou» à l’Asso­ciation des dirigeants, entrepreneurs et cadres catholiques du Sénégal (Adeccs). Une rencontre très conviviale et riche en symbole, car venant confirmer la bonne santé du dialogue islamo-chrétien au Sénégal.

Inviter en plein ramadan les catholiques pour leur offrir un «ndogou» : C’est la trouvaille très inspirée du président de la République, hier soir au Palais, où il a reçu l’Association des dirigeants, entrepreneurs et cadres catholiques du Sénégal (Adeccs).
Entouré du Premier ministre et des ministres Augustin Tine, Viviane Bampassy et des membres de son cabinet, Macky Sall a saisi ce moment convivial pour magnifier le dialogue islamo-chrétien. «Notre pays est singulier. Cette rencontre de ce soir est tout un symbole. Elle vient confirmer cette cohabitation apaisée entre religieux que beau­coup de pays nous envient», a déclaré le chef de l’Etat tout juste après avoir coupé le jeûne avec l’Association catholique, le tout enveloppé par des prières distillées par l’abbé Pascal Dione.
Vantant les mérites de cette cohabitation apaisée entre musulmans et catholiques au Sénégal qui renvoie une image de tolérance de cette religion qui confond tous les hommes, Macky Sall a loué la solidarité et l’engagement citoyen des chrétiens.

5 milliards pour réhabiliter les édifices chrétiens
Suffisant, selon lui, pour que ces derniers aillent plus loin dans leur engagement. «Parti­ciper à la vie des partis politiques», a-t-il lancé aux membres de l’Adeccs. Et le Président Sall d’ajouter : «La politique, c’est l’art de gérer la cité. Vous en avez les moyens et la compétence ; donc vous devez vous impliquer en militant dans les partis», a-t-il insisté. Avant de donner une bonne nouvelle : «J’ai décidé de subventionner à hauteur de 3 milliards 400 millions la restauration des édifices chrétiens. De même chaque diocèse, au nombre de sept, bénéficiera d’une subvention de 250 millions.» Un total de 5 milliards en guise de «ndogou» pour la communauté catholique.
Dans son speech d’introduction, Vincent Max Bidi, président de l’Adeccs, avait d’abord remercié le président de la République pour cette invitation se situant dans un contexte particulier et cher au Sénégal. «Le contexte islamo-chrétien sénégalais favorise un dialogue interreligieux envié qui fait aujourd’hui la force de notre Nation», dira M. Bidi qui estime que «nous devons veiller à préserver cette solidarité pour faire perdurer un dialogue de vie, un dialogue des œuvres et une cohésion sociale».

Pour une deuxième visite d’un Pape au Sénégal  
C’est en tout cas, selon lui, l’objectif de l’Adeccs dont ses membres s’engagent «à être les ambassadeurs d’une démarche volontaire mettant en avant les principes de justice, d’éthique, de transparence et de solidarité».
Enfin, Vincent Max Bidi a informé le Président Sall du souhait de la communauté catholique d’accueillir au Sénégal le Pape François. Ce qui serait la deuxième fois, après la dernière visite du Pape Jean Paul II dans notre capitale il y a 25 ans. Macky Sall a promis d’œuvrer en ce sens. D’ailleurs, il a révélé avoir fait la même proposition au Pape François lors d’une visite au Vatican il y a deux ans.
hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here