PARTAGER

Retrouvailles. On ne le dira jamais assez, le coronavirus ne cesse de faire des miracles. Il y a eu l’audience Macky-Sonko, Macky-Khalifa Sall. Hier, c’était Macky-Y’en a marre. Sans doute depuis 2012, le Président Sall et le mouvement citoyen ne se sont pas vus. Parce qu’un an après son élection, Fadel Barro et Cie en avaient déjà marre des promesses que le candidat de Benno bokk yaakaar contre Abdoulaye Wade avait faites. Et l’adversité avait pris un pic lorsque le chef de l’Etat a décidé de faire 7 ans au lieu de 5 ans et de l’envelopper dans son paquet de réformes constitutionnelles soumises au Référendum de 2016. Les activistes avaient d’ailleurs lancé Niani bagn-na et battu campagne pour le «non». Le désamour s’est prolongé avec la Présidentielle du 24 février 2019. Et jusqu’avant la mauvaise surprise du coronavirus. Puisqu’il y a encore quelques semaines, certains membres de Y’en a marre et d’autres mouvements citoyens étaient en prison pour avoir manifesté, sans autorisation, contre la hausse du prix de l’électricité. Pour l’heure, il est «interdit» de refuser l’appel du chef de l’Etat. Même si Abdoul Mbaye est le seul à ne pas souhaiter s’entretenir avec son ancien «boss». Le coronavirus a encore réussi ce que le médiateur de la République n’a pu obtenir : une rencontre entre Noo lank (Y’en a marre y compris) et le Président Sall. Parce que Me Alioune Badara Cissé n’avait ménagé aucun effort pour la concrétisation de ce face-à-face entre les deux parties autour de la mesure de hausse des tarifs de l’électricité. Et peut-être qu’une baisse du prix de l’électricité – une exigence devenue une suggestion de Noo lank et Aar li ñu bokk – en sortira. A défaut, une suspension du paiement des factures. C’est aussi peu évident puisque l’Etat avait justement augmenté les prix pour officiellement mobiliser de l’argent et assurer la fourniture correcte d’électricité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here