PARTAGER

Khalifa Ababacar Sall, maire de Dakar sera entendu aujourd’hui  par le doyen des juges. Au même moment, son ami Bamba Fall, maire de la Médina, sera devant la Chambre d’accusation. Deux destins qui se réunissent après avoir été tous deux placés sous mandat de dépôt. Mais aujourd’hui, soit leurs chemins continueront de se croiser, soit ils vont se séparer. Au gré de la volonté des juges.

Leurs deux noms ont une signification spirituelle, Khalifa Ababacar Sall et Bamba Fall. L’un fera face aujourd’hui au Doyen des juges, au moment où Bamba Fall sera attendu à la Chambre d’accusation de la Cour d’appel, qui va examiner ce matin sa demande de liberté provisoire. Alors que le maire de Dakar sera confronté à ses co-accusés dans le cadre de l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, l’édile de la Médina, après plusieurs retours de parquet avait été placé sous mandat de dépôt le 9 janvier 2017 par le Doyen des juges d’instruction pour  «tentative d’assassinat, injures publiques, violences et voies de faits, coups et blessures volontaires». Il ne savait pas que 2 mois plus tard,  ce serait au tour de son mentor et maire de Dakar de le rejoindre à la prison de Rebeuss.
En effet, depuis le 7 mars dernier, Khalifa Sall à la suite d’une information judiciaire sur la caisse d’avance de la mairie de Dakar, séjourne à la citadelle du silence du fait  des délits présumés de «faux et usage de faux, association de malfaiteurs, détournement de deniers publics et blanchiments de capitaux.» Cette coïncidence a alimenté la thèse d’une cabale politique montée contre Khalifa Sall, dont Bamba Fall est l’un de ses fidèles lieutenants.
Aujourd’hui, les deux socialistes, unis pour le meilleur et pour le pire, vont scruter la tournure des évènements qui va impacter leur avenir en politique. Une autre coïncidence aiguise la curiosité. Bamba Fall avait fait une demande de liberté provisoire sans succès devant le Doyen des juges. Aujourd’hui, l’édile de la Médina se tourne vers la Chambre d’accusation pour obtenir une Lp. Un sésame que réclame Khalifa Sall, dont la demande de liberté provisoire n’avait pu être déposée lundi. Le maire doit d’abord être confronté à ses collaborateurs arrêtés en même temps que lui. Ce 23 mars, célèbre aussi depuis la condamnation de Karim Wade par la Crei, fera probablement date pour Khalifa Sall et Bamba Fall.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here