PARTAGER

Dans le cadre de leur politique d’autonomisation des femmes et des jeunes, l’Agence de développement local (Adl) et le Conseil départemental de Fatick viennent de mobiliser une enveloppe de 760 millions de francs Cfa avec une contribution respective de 80 et 79 millions de francs. Cet argent qui sera logé au niveau de certaines institutions de microfinance que sont le Crédit mutuel du Sénégal (Cms), la Mutuelle d’épargne et de crédit Le Sine et la Mutuelle d’épargne et de crédit Sappat servira à financer dans le département de Fatick 439 projets dans le cadre du programme de Bourses territoriales pour un Sénégal émergent (Bt/Pse), initié par l’Adl. Les porteurs desdits projets s’activent dans des domaines aussi variés que celui de l’embouche, du commerce, du maraîchage, de la pêche, de l’artisanat, de l’agroforesterie, entre autres. Hier, à l’occasion de la cérémonie de remise d’attestations de financement aux bénéficiaires, le directeur général de l’Adl a fait savoir que le projet Bt/Pse qui résulte d’une capitalisation de deux expériences réussies de développement local à Fatick et Thiès vise à promouvoir, sous le leadership des collectivités territoriales, l’entrepreneuriat et l’auto-emploi des jeunes et des femmes, afin de réduire le chômage, la pauvreté et l’émigration clandestine. «L’Adl, à travers ce projet, contribue ainsi à l’opérationnalisation du Plan Sénégal émergent (Pse) et à la matérialisation de l’Acte 3 de la décentralisation, à travers, entre autres, la mise en œuvre de mécanismes de financement innovant du développement local», a ajouté Malal Camara.
Pour sa part, le président du Conseil départemental de Fatick a estimé que l’importance et l’intérêt du Programme bourses territoriales que l’Adl a bien voulu mettre en place pour accompagner les départements du Sénégal réside dans le fait qu’avec ce dispositif fort prometteur, ils réussiront à fixer les jeunes dans leur terroir. «A travers ce dispositif, nous parviendrons à cultiver chez les jeunes l’esprit d’entrepreneuriat et la culture de l’auto-emploi. Avec ce programme, nous allons aussi créer des emplois pour les jeunes et les femmes, créer de la richesse et faire du développement économique local une réalité dans le département de Fatick», s’est réjoui Omar Sène. Lequel, à l’instar du gouverneur de région, Souleymane Ciss, et de la présidente du Réseau des femmes pour l’émergence, Ndèye Diamé, a invité les porteurs de projet à une bonne utilisation des crédits qui leur sont alloués ; d’abord pour mériter la confiance des pouvoirs publics, mais aussi et surtout pour permettre à d’autres personnes du département de Fatick de pouvoir en bénéficier.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here