PARTAGER

Après un come-back exceptionnel l’année dernière, Ablaye Cissoko sera encore au rendez-vous de «Autour de minuit», un concept original qui met en scène plusieurs artistes autour d’un projet musical de rêve qui fait courir un nombreux public autour de la scène de l’Institut français, à partir de minuit. Moments de retrouvailles, d’échanges avec le public et de célébrations avec des artistes de renom et les artistes locaux, «Autour de minuit» est une scène de création inédite, libre et ouverte à divers univers musicaux, animée principalement par le célèbre joueur de kora, Ablaye Cissoko.
Après l’éclatant succès de l’édition 2016, le natif de Kolda revient cette année avec une programmation de qualité. Histoire de marquer le coup une fois de plus, Cissoko dit avoir concocté un très bon cru avec des invités de marque pour cette deuxième édition. Ablaye Cissoko ne sera pas en effet seul sur scène, il y sera comme l’année dernière avec l’excellent bassiste, Habib Faye, et le batteur-percussionniste, Mokhtar Samba.
Pendant quatre jours, ce trio magique va donner la pleine mesure de son talent sur le parvis de l’Institut français de Saint-Louis. Le coup d’envoi de cette édition est prévu ce jeudi 27 avril, à partir de minuit. Mais sans conteste, l’attraction sera Ablaye Cissoko que certains amoureux de la Kora, qui n’ont pas la possibilité de se payer le luxe de voir dans le reste du monde, viennent voir à Saint-Louis et même certains férus de musique qui le suivent partout sur toutes les grandes scènes.
Descendant d’une famille de griots, Ablaye Cissoko est un virtuose de la kora au talent connu et reconnu au niveau national et international. Son talent lui a très vite permis de jouer avec de grands musiciens et de marquer de son empreinte, le Festival international de Jazz de Saint-Louis. Il a effectué beaucoup de tournées en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique qui lui ont permis de vivre des expériences incroyables. Il possède une discographie assez riche. Habité depuis toujours par le désir de transmettre l’héritage des traditions mandingues en léguant sa connaissance aux jeunes qui vont plus tard prendre le relais, il a ouvert à Saint-Louis l’année dernière, une école d’initiation à la kora : «le Kordaba» qui a pour objectif d’enseigner la maîtrise de cet instrument typique de la musique africaine longtemps réservé à la caste des griots.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here