PARTAGER

Après le communiqué du Secrétariat exécutif national (Sen), de violentes sorties au vitriol des fondeurs socialistes contre la personne du président Ousmane Tanor Dieng auraient amené beaucoup de personnalités primatoriales à une désolation. Mais ce n’est pas le cas de l’actuel président du Haut Conseil des collectivités territoriales (Hcct), M. Ousmane Tanor Dieng. Ce n’est donc point de lui tresser de lauriers que de témoigner de ses qualités ataviques qui sont celles d’un d’homme politique nourri du sens de l’Etat, de l’esprit républicain, de sang-froid et de soumission à une obligation de résultats et de comptes rendus. C’est ce dont a besoin le Sénégal pour davantage aller de l’avant, et non de bavardage.
Rien, absolument rien, ne justifie les dérives, les dérapages et les glissements de langage sur fond de propos malsains qui ne s’accommodent pas de la culture sénégalaise authentique. En cette veille d’élection présidentielle, il est inélégant, à la limite béotien, voire primitif, de verser dans un langage rudimentaire que rien n’explique. Aux fondeurs socialistes, le combat politique est une affaire d’idées, de visions et de programmes mais aussi de textes et de règlement intérieur (le Sen exhorte-t-il les militants et responsables, à tourner définitivement cette page de contradictions conjoncturelles et les invite tous, à s’engager résolument dans les tâches politiques prioritaires de reprise en main des structures, d’animation des instances et de massification, en perspective du prochain congrès, dont la tenue obéit à un processus et un agenda qui seront déterminés en temps opportun, par le Bureau politique du Parti socialiste, en application des dispositions de l’article 11 du Règlement intérieur), a lancé le secrétaire permanent du Parti socialiste, Cheikh S. Sèye. Alors, c’est regrettable que des fils qui n’ont plus de places chez le Père, s’érigent au rang de verbiage sauvage, intimidant et asocial dans le seul but de saper le moral des uns et d’atteindre l’honorabilité des autres.
Des frondeurs, malheureusement on les comptes du bout des doigts, se signalent et se marginalisent par des sorties au vitriol qui ne les honorent pas et qui laisseront sur eux des taches indélébiles après la Prési­dentielle de 2019. Le jeu politique dans une démocratie civilisée, est un agrément de responsabilité, un match policé entre patriotes.
C’est d’ailleurs avec une grande fierté que je prends et donne l’exemple du président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), M. Ousmane Tanor Dieng qui, homme d’Etat et homme politique nourri de vertu et de responsabilité, déplace le débat politique sur le champ des échanges contradictoires articulés de faits et chiffres. C’est ce qu’il a montré partout, jusqu’au passage officiel du Président Macky Sall à son domicile pour présenter ses condoléances suite au décès de notre chère regrettée Maman Bambi (Que son âme repose en paix).
Ousmane Tanor Dieng, connu par son calme légendaire et sa maitrise de soi. Depuis le 2nd tour de la Présidentielle de 2012, il s’est illustré par un comportement d’une responsabilité exceptionnelle et d’une grandeur naturelle qui fait les grands hommes. Aucun propos marginal, aucun épigramme impulsif ni aucune expression anticonformiste ne peut lui être plombée.
J’invite les amis de la classe politique, les compatriotes de l’opposition, à s’inspirer de l’exemplarité de cette personnalité, non sur ses conviction et obédience politiques, mais sur son comportement d’homme politique de retenue et de mesure, de modération et de pondération, de sagesse et de circonspection, pour un jeu politique civilisé qui force l’admiration et le respect.
Aussi personnellement, en apportant ma sympathie et mon appui politique à l’actuel président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), M. Ousmane Tanor Dieng et au Parti socialiste, c’est en raison de mon attachement inextricable à l’intérêt national et à la stabilité publique, gage de développement intégral. Je rends grâce à Dieu de mon front qui embrasse la terre. Je ne dépends que de Dieu. Et il a été enseigné que le patriotisme est un acte de foi.
Ousmane Tanor Dieng est profondément conscient du sens de son engagement. Je n’attends rien de lui si ce n’est la traduction dans le cadre d’une société nationale démocratique et progressiste. Il me donne l’immense estime et respect que je lui voue et cela me suffit. Le reste, pour ma part, et pour ceux qui ont foi en Dieu, est d’accepter le choix de la volonté divine, non seulement de s’en accommoder mais aussi de la défendre.
Quid de Aïssata Tall Sall ? Son défaut est de rendre publiques ses discussions privées avec Ousmane Tanor Dieng sur des postes de responsabilité politique qu’elle aurait demandés. Pour une responsable politique et une femme d’Etat, ce sont des errements. Elle ne sait pas encore quelle voie prendre, car n’étant pas dans l’objectif d’être dans une alliance du genre Taxawu Ndakaru : «Je ne sais pas» est l’exécutoire servi. Dans le secret de son intimité, elle verra bien qu’elle a tort. Mais une âme devenue malhabile n’est pas si tôt réduite à confesser ses abus et ses errements. Alors, osez rêver. Oui ! Rêver ma chère avocate, est une production psychique survenant pendant le sommeil, et pouvant être partiellement mémorisée. Fait de laisser aller librement son imagination ; idée chimérique : un rêve éveillé. Représentation, plus ou moins idéale ou chimérique, de ce qu’on veut réaliser, de ce qu’on désire : Quel rêve !
Chez les fondeurs, on note des énergumènes exempts d’honnêteté et des aventuriers de courte robe, voir une avocate en errement, qui empestent le débat politique sénégalais en raison d’un déficit d’arguments contre l’adversaire politique, ils se réfugient dans le mensonge et la haine. Le problème actuel de la démocratie sénégalaise est l’immixtion dans le jeu politique de personnes apocryphes, dont le seul but est d’assombrir l’esprit public par des diatribes fallacieuses de bas étage.
Par ailleurs, je me permets solennellement d’inviter M. Ousmane Tanor Dieng comme il l’a toujours fait, à ne pas réagir aux attaques contre sa personne et de ne plus s’en prendre aux politiques perdus, qui sont à la recherche d’un «schéma» politique. C’est une maladresse préjudiciable aussi bien à l’image de l’Institution dont vous dirigez. Qu’ils sachent que s’en prendre aux collaborateurs du président de la République de leur part, c’est alimenter un débat malheureux qui renforce mais n’affaiblit point. Ousmane Tanor Dieng est une légende. Certes ! Mais il est aussi l’Incarnation absolue de la République du Sénégal. Il est le pivot des Institutions sur plusieurs aspects auprès de la majorité. Il est, à cet effet, un exemple à suivre. Technocrate, loyal et dévoué, homme politique engagé à la base, salué à l’applaudimètre.
Heureusement que le président Ousmane Tanor Dieng n’a pas cédé à la supercherie d’arrière-garde préjudiciable à l’Etat de droit. Le jeu politique dans une civilisation démocratique est une compétition polie et policée et une addition de forces qui impose un sens de responsabilités. Et dans une mobilisation des énergies politiques, un acteur ou un chef de parti est indispensable et incontournable quand il charrie en lui-même un poids politique fécond et représente une force. Mais quand il ne représente que sa personne et endosse le manteau d’un hâbleur vaporeux, un insulteur d’élite et un maitre-chanteur, sa défection d’une coalition ou à sa formation politique n’est qu’un soulagement ! Ouf !
Le Parti socialiste est aujourd’hui plus que jamais solide, coriace et fortement engagé dans un combat qu’il va remporter avec panache et haut la main. La certitude de la victoire est telle que la défection de Messieurs Dias, Fall, de Diallo, Sy, de la dame avocate, passe inaperçue car étant sans effets en raison de l’inexistence de leur représentativité ! Les pauvres ! Sinon Dias, Diallo, Fall et autres, retenez ceci : dans un troupeau de singes, si on élimine le chef, alors c’est fini pour tout le monde.

Babacar MBENGUE
Journaliste et consultant en communication et relations publiques
babavero78@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here