PARTAGER

La commune de Yenne a inauguré le week-end dernier un centre d’état civil mo­derne construit sur fonds propres. Un grand soulagement pour les populations qui se rendaient à Sangal­kam afin de disposer d’une pièce, mais aussi une action s’inscrivant dans la dynamique enclenchée par l’Etat pour un fichier de l’état civil bien sécurisé.

Les populations de Yenne n’ont plus à faire de longs trajets pour disposer d’une pièce d’état civil. La communalisation intégrale consécutive à l’Acte 3 de la décentralisation a en effet conféré de facto au maire le statut d’officier principal d’état civil. «Quand nous étions communauté rurale, pour obtenir un acte d’état civil d’un certain âge il fallait, bien qu’étant dans la région de Dakar, faire 50 kilomètres : Yenne Rufisque puis Rufisque Sangalkam parce qu’il n’y a pas de route directe qui fait Yenne Sangalkam», s’est réjoui samedi Gorgui Ciss lors de la cérémonie d’inauguration du centre principal d’état civil. «Il était de notre responsabilité après avoir demandé et obtenu nos registres de pouvoir les prendre en charge. Ce qui a fait que le Conseil municipal a inscrit dans ses budgets 2015 et 2016 des montants qui nous ont permis de réaliser un centre digne de ce nom», a-t-il expliqué ajoutant que le centre d’état civil assure «un gain de temps et d’argent». «Nous souhaitons, en plus de ce que le Conseil municipal a fait, l’accompagnement de l’Etat qui a un programme ambitieux pour la modernisation de l’état civil», a encore émis l’édile de Yenne. «Le maire, en construisant ce centre, s’est beaucoup inspiré de ce qu’on a recommandé pour faire un état civil moderne qui va être informatisé. Et je voudrais vraiment, à l’endroit de la population de Yenne, les féliciter et également me réjouir qu’il (le maire) ait eu cette clairvoyance, cette vision qui va en conformité avec la vision du chef de l’Etat qui veut qu’on aille vers un état civil moderne. Le gouvernement, sous l’accompagnement de l’Union européenne dans le cadre du Projet d’appui à la modernisation de l’état civil, est en train de numériser l’ensemble des actes d’état civil du Sénégal», a témoigné Dièye Mandiaye Bâ. Venue présider la cérémonie au nom du ministre Abdoulaye Diouf Sarr, la directrice de l’Etat civil a fait savoir que l’objectif de son service est d’arriver à une modernisation complète de l’état civil à l’horizon 2022. «Aujourd’hui, nous avons 120 vacataires en numérisation et en archivage qui sont disséminés à travers le territoire pour procéder à la numérisation. Avec cette numérisation, les actes d’état civil seront plus sécurisés», a-t-elle fait savoir en ce sens. Ce qui à termes va permettre de préserver le fichier de l’état civil confronté à des problèmes de conservation et aussi à «des actes de vandalisme» comme ce fut le cas à «Tivaouane, Mbao, Yeumbeul, Vélingara», comme l’a souligné Dièye Mandiaye Bâ.

abndiaye@lequotidien.sn