PARTAGER

Me Mame Adama Guèye et ses camarades approuvent la «fermeté» du Sénégal après que Jammeh a décidé de ne pas reconnaître la victoire de Adama Barrow. La Plateforme Avenir Senegaal bi ñu bëgg appelle donc la Cedeao à «trouver une rapide solution dans l’intérêt du Peuple gambien».

La Plateforme Avenir Sene­gaal bi ñu bëgg estime que la «ferme position» des autorités sénégalaises sur la volte-face du Président gambien sortant est «à saluer». Ce, souligne le communiqué, même si elles ont été «jusqu’ici assez complaisantes avec le régime de Jammeh, au regard de son implication néfaste dans la crise casamançaise, ainsi que de ses menaces récurrentes sur la question frontalière». Mais aussi bien que Dakar n’ait «rien fait, non plus, pour accorder une protection à ses opposants pourchassés». Mame Adama Guèye et ses camarades louent en même temps les «efforts» déplo­yés par le Sénégal pour «mobiliser l’Afrique et le reste de la communauté internationale afin de faire respecter la légalité constitutionnelle en Gambie et d’assurer la sécurité des personnes et des biens». Selon eux, il ne reste plus qu’à «sécuriser nos frontières et à faire comprendre» à l’enfant de Kanilai «qu’aucune exaction ne sera tolérée».
En fait, la Plateforme dit avoir appris avec une «grande surprise» et «inquiétude» le rejet des résultats de la Présidentielle gambienne par Yahya Jammeh. Elle condamne «sans réserve» ce revirement qui constitue «une tentative inacceptable de confisquer le pouvoir et d’étouffer davantage la démocratie en Gambie» et se demande si «ce dictateur ne s’est pas rétracté simplement parce que la Cour pénale internationale était la seule option qui s’offrait à lui». Après avoir loué le «calme» et la «retenue» du Peuple gambien, «en dépit de la terreur politique et militaire du régime», Avenir Senegaal bi ñu bëgg invite Jammeh à «respecter la volonté populaire et à assurer une trans­mission pacifique du pouvoir, conformément aux dispositions pertinentes de la Consti­tution du pays».
La Plateforme, qui exprime sa «solidarité» au Président élu Adama Barrow, appelle les chefs d’Etat de la Cedeao à «tout mettre en œuvre pour trouver une rapide solution dans l’intérêt du Peuple gambien». Depuis mardi, une délégation de l’organisation communautaire, conduite par sa président en exercice, Ellen Johnson Sirleaf, séjourne à Ban­jul pour convaincre le Prési­dent Jammeh de quitter le pouvoir. A l’issue de sa première rencontre avec l’homme du State House, aucune avancée n’a été notée.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here