PARTAGER

L’affaire de l’ex-épouse du couturier Djily Création, Nadège  Da Souza, s’est invitée hier au Comité régional de développement (Crd) consacré à la protection des données personnelles. Placée sous mandat de dépôt en même temps qu’une de ses amies, Liliane, Nadège Da Souza serait au cœur d’un scandale de photos obscènes partagées sur WhatasApp et Facebook. Les deux amies sont accusées d’avoir diffusé les images de Lika Dioum, présentée comme amie de Nadège. Une affaire qui a connu une sanction privative de liberté, selon la présidente de la Commission de protection des données personnelles (Cdp), Mme Awa Ndiaye, qui salue le travail de la justice. «Les juges sont sur la bonne voie. Ils doivent continuer à prendre des sanctions rigoureuses par rapport à ces détractions sur les données personnelles des citoyens sénégalais.» Car de l’avis Mme Ndiaye, «si on ne met pas de sanctions très fortes et très dissuasives, les gens vont continuer. Mais si on met quelqu’un en prison pour une longue période, je pense que c’est dissuasif». Revenant sur le Crd consacré à la protection des données personnelles, la présidente de la Cdp fera remarquer que sa structure n’est pas encore bien connue. Pour dire toute l’importance de l’organisation, selon elle, de cette rencontre pour informer, sensibiliser et vulgariser les missions du Cdp. Awa Ndiaye d’expliquer : «Une donnée personnelle, c’est tout ce qui permet d’identifier un individu ou de faire en sorte qu’il puisse être identifiable. Si on l’utilise mal, on a mal utilisé des éléments qui lui appartiennent. Dire alors la pertinence qu’il y a de faire en sorte que les données personnelles de chacun de nos concitoyens soient utilisées de façon lucide, garantie, sécurisée et confidentielle surtout pour les données sensibles comme celles sanitaires, pénales, politiques, syndicales,…» Aussi, selon elle, la mission de la Cdp est-elle de faire en sorte que «toutes ces données-là soient recueillies parce que nous sommes dans un monde planétaire où tout doit être conservé, stocké, archivé et informatisé. Mais aussi faire en sorte que toutes ces données-là soient également sécurisées et confidentielles. Voilà en quoi consiste la protection des données personnelles». Elle signale que toute personne, qui viole cette loi, encourt des sanctions, qui sont administratives, pénales, pécuniaires. Car, fait-elle savoir, «lorsqu’on porte atteinte à la vie privée d’une personne comme ce qu’on voit souvent dans les médias avec des personnes qui prennent des photos intimes d’une personne et qui les utilisent sur le net, c’est une atteinte à la vie privée». Pour dire, selon elle, «qu’il y a véritablement lieu de prendre des sanctions contre ceux qui enfreignent la vie privée par les données personnelles des citoyens».
Après Thiès, la cara­vane de sensibi­lisation sur la protection des données personnelles va se rendre à Saint-Louis, puis Ziguin­chor, Fatick, Tamba­counda entre autres pour échanger avec les Sénégalais, les informer et les sensibiliser sur la protection de leurs données personnelles mais également de vulgariser  la loi sur ces dites données person­nelles.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here