PARTAGER

La Cour de justice de la Cedeao, dans son arrêt sur l’affaire Khalifa Sall, a aussi condamné les conditions de la levée de l’immunité parlementaire du maire de Dakar. Mais le président du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar (Bby), qui a lancé dans son fief la campagne pour la réélection de Macky Sall, a sa propre lecture : «Nous avons bien lu cet arrêt et remarqué que la décision rend hommage d’ailleurs à l’Assem­blée nationale du Sénégal. Vous avez vu tout le débat qu’il y avait sur la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Ababacar Sall, comme quoi nous avions transgressé les lois. Quand j’ai lu l’arrêté du Conseil constitutionnel, j’étais vraiment conforté, parce que moi-même, qui étais le président de la commission pour la levée de ladite immunité, j’ai toujours dit que nous avons en tout cas respecté à la lettre le Règlement intérieur de l’Assem­blée nationale et que nous nous sommes conformés à tous les points de droit pour le faire dans un cadre légal. Et je crois que tout cela a été dit», a dit Aymérou Gningue qui présidait samedi, à Nguiguiss, son village natal, une rencontre de mobilisation pour partager avec le Cayor la vision du président de la République. Selon lui, l’opposition veut se braquer sur les points sur lesquels l’Etat du Sénégal a été condamné à payer à tous les requérants la somme de 35 millions F Cfa. «Pourtant, pour toutes les autres questions, les requérants ont été déboutés. Cela veut dire qu’il n’y a pas eu de condamnation véritablement. Il faut laisser l’institution judiciaire travailler sereinement, tenir compte effectivement de l’arrêt de la Cedeao et dire le droit à travers la Cour d’appel», plaide le député.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here