PARTAGER

Babacar Diop et ses camarades trouvent le projet de suppression du poste de Premier ministre «dangereux». Le leader des Forces démocratiques du Sénégal invite alors l’opposition à se «réunir de manière imminente» pour empêcher le vote de cette loi.

Les Forces démocratiques du Sénégal (Fds) estiment que le projet de réforme constitutionnelle portant suppression du poste de Premier ministre obéit à des «logiques politiciennes de préparation d’un dauphin politique». En effet, Babacar Diop et ses camarades sont convaincus que Macky Sall veut se donner «les pleins pouvoirs pour avoir droit de vie et de mort sur les militants de son parti, les alliés et les membres de l’opposition». Et d’ailleurs, expliquent-ils dans un communiqué, «il n’y a aucune différence entre ce présent projet de loi et celui de juin 2011 que Abdoulaye Wade avait voulu introduire dans la Constitution» sur l’instauration d’une vice-Présidence. «La seule différence est que Macky Sall a choisi de se lever tôt, alors que Abdoulaye Wade avait attendu la fin de son mandat», fait-il remarquer. Les Fds estiment par conséquent que «le Peuple doit avoir le même comportement que celui de juin 2011». Cet allié de Idrissa Seck lors de la Présidentielle du 24 février voit dans les attributions de ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence de la République, un Mahammed Boun Abdallah Dionne qui est «en passe de devenir le nouveau Jean Collin, le nouveau bras armé qui, avec des moyens colossaux et sournois, va chapeauter la grande entreprise de liquidation politique systématique de tous les adversaires potentiels». Considérant donc que cette réforme est «dangereuse», les Fds en appellent à «la conscience de tous les démocrates de notre pays», notamment l’opposition. «Forces démocratiques du Sénégal invitent vivement l’opposition à se réveiller afin de faire barrage à cette réforme ‘’démocraticide’’. Ce serait une erreur très grave que les Sénégalais paieront très cher dans le futur, en laissant passer cette réforme à l’Assemblée nationale. Les forces vives doivent se réunir de manière imminente pour organiser le Peuple en vue de fermer les portes de l’Assemblée nationale à ce projet odieux», indique le communiqué. En outre, Babacar Diop et Cie appellent cette même opposition à «décliner l’invite au dialogue de Macky Sall et à se réorganiser dare-dare pour transférer la lutte dans la rue».
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here