PARTAGER

L’insécurité poursuit son bon bout de chemin ! Après les attaques notées à Dakar, Louga Touba et autres localités, l’horreur semble se diriger vers l’est. Les malfrats écument le Gadjaga. Ils se sont signalés, mercredi dernier, dans le Bakel, précisément entre la commune de Diawara et la localité chef-lieu du département par une agression qui a coûté la vie au représentant de Marlboro à Bakel.

I. Niang, représentant des cigarettes Marlboro dans le département de Bakel, sauvagement agressé le mercredi dernier vers les coups de 10h, a finalement rendu l’âme, ce samedi, après avoir été longuement soumis aux questions des enquêteurs. Ce que déplorent d’ailleurs sa famille et des proches. Pour ces derniers, le fait qu’il soit longuement cuisiné par les enquêteurs a aggravé sa situation sanitaire. Car, fulmine l’un deux, «c’est peu après son interrogatoire qu’il a rendu l’âme parce qu’il n’en pouvait plus». Poursuivant très furax, notre interlocuteur assène : «Le médecin traitant avait même ordonné son évacuation.» Ce qui était quasi impossible car, les pandores pensaient qu’il serait un suspect et devait être entendu. «Les conditions de sa mort doivent être élucidées parce que l’interrogatoire aura  été long. De 10h à 15h, la victime était à la brigade de Bakel», a déploré la famille. C’est ahurissant, a rugi un parent de la victime.

Sévèrement battus par des malfrats
I. Niang aurait été sévèrement battu par une bande de malfrats lourdement armés, rapportent des sources dignes de foi. Selon les informations recueillies, c’est lors de son voyage retour sur Bakel, après une journée commerciale dans la zone de Diawara, que ce père de 2 bouts bois de Dieu a été agressé par des bandits. L’incident s’est produit aux environs de 10h, entre Diawara et Bakel. La victime a été surprise par la bande de malintentionnés au moment où il essayait de changer son pneu crevé. Entouré, il a été malmené et sévèrement battu.
D’après d’autres témoignages, il a reçu des coups de matraque à la tête avant de s’affaler de tout son corps. C’est un conducteur de moto qui le conduira à l’hôpital, presqu’inconscient. Les éléments armés ont réussi à emporter l’argent trouvé dans sa poche d’un montant de 200 mille francs Cfa. De la marchandise d’un montant de plus de 3,5 millions de francs a aussi été volée par la bande, avant de fondre dans la nature. Ce qui, d’ailleurs, a créé l’émoi et la consternation chez les populations, ahuries et dépassées par le phénomène.
Joint par téléphone, un membre du Conseil départemental de la jeunesse de Bakel dit toute son inquiétude. La situation commence à devenir de trop. Sur ce même axe, il y a moins de deux mois, un corps sans vie a été découvert. Aujourd’hui encore, des bandits y ont agressé et tué une autre personne. C’est inquiétant. Il faut que les autorités prennent à bras-le-corps la situation car les populations sont transies de peur et ne savent plus où donner de la tête. La famille et des proches demandent, quant à eux, à ce que les circonstances de la mort de leur défunt parent soient mieux élucidées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here