PARTAGER

Ce n’était pas déjà la porte à côté. Et les fortes pluies enregistrées dans la commune de Balou ces dernières heures ont coupé la localité du reste du département de Bakel. «Seuls les déplacements à pirogue sont possibles dans la commune», se désole le maire, désemparé. A Balou, commune du département de Bakel, rien ne va. Les populations sont fatiguées et désorientées par les fortes pluies. Leurs principales activités tournent au ralenti. «Se déplacer est un véritable parcours du combattant, lâche atterré l’édile de la commune. Nous sommes coupés du reste du monde du fait des fortes précipitations enregistrées. Et malgré cela, les populations sont laissées à elles-mêmes, sans aucune aide.» Cheikhna Camara, maire de la commune, est sans voix : «Nous sommes la commune la plus enclavée du département. Et malheureusement, nous ne sommes pas aidés. Depuis toujours, à chaque hivernage, la commune est coupée du reste du pays. Il suffit que le ciel ouvre ses vannes pour que se déplacer devienne un parcours du combattant à Balou. Depuis quel­ques jours maintenant, seuls les déplacements à l’aide de pirogues sont possibles.» Cheikhna Camara attend une réaction diligente de l’Etat. «Pourtant, dans la matrice du Puma, il y est bien noté des projets de désenclavement de la commune, mais jusque-là, aucune action concrète n’est entamée. Actuellement, les 35 mille âmes qui se réveillent dans les 11 villages sont fatiguées», alerte le maire qui sollicite une aide d’urgence pour soulager les populations.

L’enclavement, un frein au développement
Si la localité n’a pas encore pris son envol. C’est en grande partie à cause de son enclavement. Balou est l’une des plus grandes communes du département et des plus peuplées avec plus de 35 mille habitants. Elle regorge de beaucoup de potentialités mal exploitées à cause de l’enclavement. Ici, les principales activités tournent autour de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, dont l’exploitation est encore sommaire. «Seulement, l’accès pose un réel problè­me. Beau­coup d’opérateurs économiques ne veulent pas y venir du fait de son enclavement et des difficultés pour y accéder. C’est pourquoi il est urgent que l’Etat nous aide en désenclavant la commune, condition sine qua non de son développement. Nous rappelons au Président Macky sa promesse de désenclaver la contrée», martèle le maire Chei­khna Camara.

afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here