PARTAGER

L’obtention d’une pièce d’état civil constitue une difficulté majeure pour les personnes en situation de handicap. A Bambey, cette difficulté est contournée par la présidente du Tribunal d’instance qui vient de permettre à 42 personnes, souffrant de cette situation, d’obtenir enfin ce précieux document.

L’une des contraintes majeures auxquelles sont confrontées les personnes en situation de handicap, c’est l’obtention d’une pièce d’état civil. Le plus souvent, elles ne sont pas déclarées aussi bien à la naissance qu’après. Pour pallier cette situation, la présidente du Tribunal d’instance de Bambey a initié une audience foraine, exclusivement réservée à cette couche vulnérable et à leur famille. L’audience s’est déroulée au Centre national des handicaps. Interpellée sur cette initiative, Mme Aïssatou Kanté Faye, présidente du Tribunal d’instance de Bambey, explique les raisons de «cette audience foraine concernant  les personnes en situation de handicap. C’est parce que lorsqu’on a été affecté à Bambey, on a vu que le problème de l’état civil était récurrent et les personnes en situation de handicap, c’est un peu difficile vu le rôle, vu le public qu’on a durant les audiences. Et elles aussi font partie de nous. Donc, en tant que magistrats, nous sommes défenseurs des droits humains. Il faut que nous nous préoccupions de cette couche vulnérable  pour l’aider à avoir ce précieux document qui est l’acte civil parce qu’elles en ont besoin». Et le membre de l’Association des femmes juristes, présidente de la Commission droits des enfants, poursuit ses explications : «Avec la carte d’égalité des chances, il faut que nous magistrats qu’on allège les procédures, qu’on leur donne beaucoup d’avantages pour qu’ils puissent accéder à cette carte d’égalité des chances qui est nécessaire pour eux et les membres de leur famille. Aujourd’hui, ils sont au nombre de 42, ce n’est pas beaucoup. La plupart d’entre eux pensaient que c’était pour eux-mêmes alors que j’avais prévu pour eux et les membres de leur famille. Peut-être il y aura  une seconde audience foraine. Comme çà,  l’information va passer. Certains sont venus laissant en rade leurs enfants et vous savez que l’enfant ne  peut pas ester en justice, il faut son civilement responsable. En dehors de la carte d’égalité des chances, la pièce d’état civil est importante en ce sens que sans elle, les enfants ne peuvent pas aller à l’école et obtenir la carte d’identité.» S’exprimant sur l’état civil, la présidente du Tribunal d’instance de Bambey a lancé un appel aux maires : «Il faut une synergie d’actions et de forces. Ce que je ne veux pas, ce sont les faux papiers qu’on me présente. Il faut les bannir. Qui dit  jugement, ce n’est pas une diminution de l’âge. Que les mairies appuient les services de l’état civil ! Les audiences foraines se tiendront dans toutes les communes. Je demande aux maires de faciliter le déplacement des personnes en situation de handicap, d’aider la population à obtenir ce fameux document. C’est un cri du cœur que je lance à tous les maires pour que dans deux années, Bambey ne soit plus confrontée à ces problèmes  d’état civil. C’est un devoir citoyen.»
badiallo@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here