PARTAGER

L’«amak», baobab sacré, est un arbre symbolique qui a poussé sur la tombe de l’ancêtre des Camara du village d’Iwol. Cet arbre constitue une référence mythique dans le respect et la perpétuation de l’histoire des Bediks. L’«amak» disposait d’un grand trou où se faisaient les sacrifices et offrandes. Mais au fil du temps, le trou s’est refermé. Depuis lors, les Bediks effectuent des offrandes et sacrifices à côté du tronc. Le baobab d’Iwol est aussi connu comme étant l’un des plus gros du Sénégal. Il figure désormais sur la liste du patrimoine immatériel.

Le village d’Iwol est niché sur une colline à plus de 23 km de la commune de Bandafassi. Dans ce lieu chargé de l’histoire des Bediks, le baobab d’Iwol est une des principales attractions. L’amak, comme on l’appelle en langue locale, est un lieu de sacrifices et d’offrandes pour rendre hommage aux ancêtres et formuler des prières pour la communauté bedik. Il est aussi un témoin de l’histoire de la vie des Bediks. Ces derniers ont quitté le Mali après l’éclatement de l’empire de Soundiata Keïta. Chassés du Mali, ils sont venus habiter définitivement sur la montagne au Sénégal. Plus tard, ils feront face aux velléités de conquête du roi Alpha Yaya, venu les islamiser. «Le roi Alpha Yaya a quitté la Guinée pour nous convertir à l’islam et nous amener chez lui. Comme on n’a pas voulu, la guerre a éclaté. Les soldats prenaient les belles femmes et les plus jeunes et les amenaient de force en Guinée. Les vieux et les vieilles mamans, on les égorgeait. Les rescapés eux sont partis se cacher dans des cavernes en dehors du village et ils ne sortent que la nuit pour aller puiser de l’eau. Pour piler les céréales, ils écrasaient le mil entre des cailloux pour éviter le bruit des pillons. Comme la guerre est devenue plus grave, ils se sont réunis dans la caverne et ils sont allés trouver l’esprit du village pour qu’il les protège. Il était très gentil, il a accepté rapidement. Il est parti au centre du village et a invité des abeilles qui ont combattu en faveur des Bediks. Et nous avons eu la paix», retrace Jean Baptiste Keïta, enseignant et catéchiste à la retraite.

Un baobab de 23,30 m de circonférence 
«Juste à l’entrée du village, nous avons un gros baobab sacré. Mais avant qu’il ne pousse là, il y avait la tombe d’un ancêtre de la famille Camara qui était décédé et que l’on avait enterré là. Cinq ans après, le baobab a poussé sur la tombe», dit-il. Mais ce baobab qui date du 13e siècle est devenu un arbre symbolique pour les familles bediks. Il s’agit des familles Keïta, Camara, Samoura et Sadiakhou. «Chaque début d’année, le responsable organise une grande cérémonie autour du tronc pour les 614 habitants.» Ici, tout est bien codifié. Les Keïta sont les chefs de village, les Camara et les Samoura organisent les fêtes et les Sadiakhou sont chargés du maintien des coutumes.
Le baobab d’Iwol est une référence mythique pour accueillir des «étrangers» qui viennent de partout sur cette montagne. «Nous sommes chrétiens et animistes. Et nous sommes 6 villages bediks dans la région. Iwol est la capitale», explique Jean Baptiste Keïta. «L’amak est un baobab sacré parce que nous on dit que si la personne est morte, là où vous l’avez enterrée, s’il y a un arbre qui pousse dessus, on se dit que peut être c’est l’âme de ce dernier. Avec le baobab, c’est pareil. On dit que c’est l’âme du défunt Camara qui a poussé sur le baobab. C’est la raison pour laquelle nous faisons des prières et des sacrifices. Le baobab est un arbre sacré. Dans la langue bedik, nous l’appelons l’amak», témoigne Jean Baptiste Keïta, natif du village d’Iwol, retrouvé au lieu des étrangers.

Pas de retombées pour les villageois
Avec ses plus de 800 ans d’âge, le baobab d’Iwol figure sur la liste du patrimoine immatériel du Sénégal. Mais les habitants du village d’Iwol, niché sur cette colline, ne bénéficient pas des retombées de ce site historique. Les nombreux visiteurs qui viennent de partout ne changent pas le visage des lieux. «Il y a des guides qui viennent avec beaucoup d’étrangers venus de l’Europe, de l’Amérique et des Sénégalais extérieurs. Ils font tout ce qu’ils veulent et ils partent sans rien laisser ici. Même si ces gens veulent nous donner quelque chose, ils disent ce n’est pas la peine. Et moi, je ne pense pas que ce sont de bons guides», déplore Jean Baptiste Keïta. En outre, il a salué les «actions» de l’association française qui les a aidés à construire l’école et l’église.

«J’étais enseignant au village»
Jean Baptiste Keïta est en quelque sorte l’esprit et la mémoire de ce lieu. «En 1953 quand la religion chrétienne est arrivée ici avec les missionnaires français, j’ai fréquenté l’école catholique à Kédougou, mais pas très longtemps parce que mon papa m’a ramené au village. Comme j’avais de l’intérêt pour l’école, j’ai aussitôt créé une école catéchistique pour apprendre aux enfants à connaître Dieu et un peu parler français. Je prenais les enfants de 5 à 6 ans et je les formais. A l’âge de 7 ans, je leur faisais passer un concours. Tous ceux qui étaient admis, je les amenais à Kédougou», explique Jean Baptiste Keïta qui profite bien de sa retraite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here