PARTAGER

Le Parquet a requis 2 ans de prison ferme contre Barthélemy Dias pour «provocation à un attroupement non armé et non suivi d’effet, outrage à magistrat», entre autres. Le maire de Mermoz-Sacré Cœur, qui se dit prêt à rester aux côtés de Khalifa Sall, sera édifié le 17 avril.

La prison ne fait pas peur à Barthélemy Dias. Emmitouflé dans un grand boubou traditionnel de couleur blanche, le maire de Mermoz-Sacré Cœur, dans un français bien châtié et posé, n’a pas caché son intention de rejoindre son mentor en prison. «Je veux rester en prison auprès de mon frère Khalifa Sall qui a été injustement accusé», dit-il. Cependant, il s’est inscrit en faux contre les chefs d’accusation de «provocation à un attroupement non armé et non suivi d’effet, discrédit sur une décision de justice et outrage à magistrat». «Je n’ai jeté de discrédit sur personne. J’ai réagi à un verdict rendu le 30 mars dernier. Mes propos ont été mal compris. Sachez aussi que je n’ai pas appris le français à l’école, mais sur le sein de ma mère. Si certaines personnes ont été offensées par mes mots, je m’excuse», a-t-il dit au Tribunal. Dias-fils est ensuite revenu sur les propos jugés outrageants contre les magistrats. Pour la comparaison, il précise : «La prostitution peut être intellectuelle et professionnelle. J’ai effectivement dit que dans la rue, des prostituées détiennent des carnets sanitaires et j’ai dit qu’il y en a dans la magistrature. Je ne parle pas au sens propre mais au sens figuré. Loin de moi de citer des magistrats, mais d’indexer un comportement comme dénoncé par un haut magistrat démissionnaire (allusion à Ibrahima Hamidou Dème).» Le proche de Khalifa Sall de poursuivre : «J’ai dit que ceux-là, ont baissé leur pantalon pour l’Exécutif. Et, je n’ai pas donné de nom. Je n’ai pas parlé du président de la République ni du ministère de la Justice et autres. J’ai indiqué que cet Exécutif voulait assouvir ses désirs, empoisonner la démocratie sénégalaise», répète-t-il avec beaucoup de sérénité. Il justifie son acte par sa volonté de susciter une réaction de la part des magistrats. «J’ai essayé de créer un électrochoc dans la tête de certains juges», soutient-il.

«Tout le monde va en prison sauf cette magistrature»
Dias-fils pense qu’une certaine magistrature est apprivoisée pour régler des problèmes politiques. Il ne saurait se taire parce que, dit-il, «le comble est que tout le monde va en prison à l’exception des magistrats». Revenant sur le délit de l’appel à l’insurrection, le maire rassure que loin de lui l’idée d’essayer de renverser le régime. «Nous ne sommes pas des chairs à canon. Personne ne se réjouit de cette décision qui n’a aucunement honoré la justice. Je ne suis que le porte-parole de ce peuple meurtri par l’injustice. Loin de moi l’idée de nuire à qui que ce soit», dit-il en accusant Serigne Bassirou Guèye de l’avoir attrait devant la justice pour solder ses comptes. Il promet de mettre en place un mouvement dénommé «Khalifa Sall tous en prison». De l’avis du Parquet, c’est toute la magistrature qu’il a offensée. Il  a requis 2 ans ferme contre Barthélemy Dias. La défense, qui pense que ce procès n’avait pas sa raison d’être, a plaidé la relaxe pour tous les chefs d’inculpation. Le Tribunal a fixé le délibéré pour le 17 avril prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here