PARTAGER

Libéré dimanche dernier après 6 mois de prison, Barthélemy Dias a fait face à la presse hier. Une occasion de revenir sur les raisons de son incarcération. «J’ai été poursuivi, entre autres, pour outrage à magistrature, mais j’ai été condamné pour du discrédit jeté sur une décision de justice», explique-t-il. Barth’ ajoute que l’objectif n’était pas de chercher s’il y avait outrage à la magistrature ou pas, «mais de (le) liquider)». Mais, avertit-il : «Ceux qui pensent qu’ils peuvent me liquider, qu’ils sachent qu’ils n’ont ni les moyens ni le pouvoir, ni l’intelligence de me liquider.» Le maire de Mermoz-Sacré Cœur a d’ailleurs un autre nom pour la magistrature. «Je n’ai jamais parlé de la magistrature, mais de la Mackys­trature, ni de magistrat, mais de Mackystrat. Mais qui se sent morveux n’a qu’à se moucher», peste-t-il.
Il a par ailleurs rassuré que Khalifa Sall sera candidat à l’élection présidentielle de 2019. «Ce n’est pas un débat. Que tous les Socialistes reconnaissent à travers la candidature de Khalifa une candidature socialiste et d’avenir. Dakar c’est 19 communes. Et pour aller au second tour, il faudrait au moins 40%. Quand vous gagnez 16 communes sur 19, vous n’êtes plus à 40 ou 50%, vous êtes à plus de 60%. C’est la raison pour laquelle je vous le dis : s’il est candidat, il passera au 1er tour», analyse-t-il. Dias-fils n’a pas manqué de faire un clin d’œil à Moussa Sy ou encore Banda Diop, même s’il ne les a pas nommés. «La plupart des gens qui ont quitté Khalifa et qui ont été élus avec son image, je le jure, ils peuvent mettre une croix sur leur mairie parce qu’on n’a jamais voté pour eux, mais pour Khalifa Sall. Si je rentrais dans ces communes, je serais plus populaire que ces maires-là.»
Sur sa «maladie» en prison qui avait fait beaucoup de bruit, Barthélemy Dias rassure. «Je n’ai pas maigri, mais j’ai fondu. Ce sont les entraînements que je faisais qui m’ont fait perdre 30 kilos. Je faisais un régime pour être beau gosse. Le matin, je ne prenais que du miel pour le petit-déjeuner, et j’enchainais 2 heures d’entraînement, suivies de 2 heures de transpiration. Et le soir aussi, c’était pareil. Mais je n’ai jamais été malade», souligne-t-il.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here