PARTAGER

Barthélemy Dias n’accepte la médiation annoncée de El Hadji Mansour Mbaye que si les questions tournent autour de l’avenir du Ps. Absent du Bureau politique de samedi, le lieutenant de Khalifa Sall, contacté hier, ou­vre le feu sur Serigne Mbaye Thiam et estime que Tanor doit être le premier à être traduit devant le Conseil de discipline.

D’après le Bureau politique du Ps qui s’est réuni samedi, certains d’entre vous, proches de Khalifa Sall, ont été convoqués devant le Conseil de discipline après les évènements du 5 mars 2016…  
C’est faux ! Serigne Mbaye Thiam qui l’a dit passe son temps à raconter un tissu de contrevérités. Nous sommes face à un dilemme. Il y a des camarades au Ps, dont moi, qui veulent continuer à œuvrer pour l’avenir du parti. Il y a de l’autre côté, un groupuscule d’opportunistes qui ont décidé de jouir de leur situation au sein du pouvoir. Serigne Mbaye Thiam et ceux qui versent dans un certain discours n’ont pas d’arguments. A défaut d’en avoir, ils ne veulent pas de discussions. Je les défie de nous dire quand ils ont mis en place une commission de discipline dirigée par Cheikh Abdoul Khadre Cissokho. Personne n’a été convoqué. Tanor et son groupe n’ont que des contrevérités à mettre sur la table pour essayer de justifier leur posture qui relève d’un opportunisme sans précédent.

Pourquoi vous n’avez pas engagé la discussion pour la résolution pacifique après ces évènements ? 
Après les évènements du 5 mars 2016, le département de Dakar dirigé par Khalifa Sall a organisé deux rassemblements dans les communes de Mermoz-Sacré Cœur et de la Médina. Ces deux rassemblements avaient comme thématique : «L’unité et la cohésion.» Le meeting de Baobab était placé sous la présidence de Ousmane Tanor Dieng avec comme marraine Aminata Mbengue Ndiaye. Ils n’ont pas daigné venir. Au-delà des contrevérités relayées par Serigne Mbaye Thiam, ils refusent délibérément de convoquer le Bureau politique qui doit se réunir tous les mois. Donc, ils ne veulent pas discuter avec nous ni échanger sur l’avenir du parti. Tous ce qui intéresse Tanor et Cie, c’est de jouir de leurs strapontins et de leurs avantages au pouvoir.

Que pensez de la médiation annoncée de El Hadji Mansour Mbaye pour rapprocher Tanor et Khalifa ?
A El Hadji Mansour Mbaye, qu’il sache que nous sommes des enfants du parti. Nous n’avons jamais tourné le dos au débat ni à la critique constructive et objective. Par conséquent, nous marquons notre disponibilité pour discuter de l’avenir et du devenir de notre parti. Il est hors de question pour nous de demander quelques faveurs que ce soit par rapport à l’agression dont ce parti est victime. Nous combattrons l’escroquerie dont la démocratie sénégalaise est victime.

Le Bureau politique a prévenu que le moment venu, le Ps prendra des sanctions contre Khalifa Sall et Cie. Ne craignez-vous pas d’être exclus du parti ?  
Ni la prison, ni les intimidations, encore moins les menaces ne nous feront courber l’échine. Nous nous battrons pour que le socialisme triomphe. Les gens doivent comprendre que nous ne sommes pas obnubilés par une victoire électorale ni par le pouvoir. On se bat pour des principes et des valeurs. A ceux qui profèrent des menaces, nous ne quitterons pas le Parti socialiste. Tanor et son groupe n’ont pas les moyens de nous mettre à la porte. S’il y a quelqu’un qui doit être traduit devant le Conseil de discipline ou exclu du parti, c’est Tanor qui a décidé de brader l’héritage des pères fondateurs du Ps. C’est une haute trahison pour l’esprit du socialisme et envers l’expression démocratique qui doit être fondamentale dans toute formation politique. Tanor a violé les textes du parti et l’esprit de camaraderie. Et aujourd’hui, il veut se présenter en victime. Il n’est victime de rien du tout. Il est victime de sa stratégie politique, ce qui ne l’honore pas. Je l’invite à revenir à la raison. Il ne respecte pas les Sénégalais. Je suis meurtri par son comportement. Il est en train de détruire un réceptacle d’espoirs pour les Sénégalais. Je suis désolé de dire qu’il ne mérite pas d’être le Secrétaire général du Ps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here