PARTAGER

A l’image des deux précédentes éditions, l’équipe africaine a encore perdu (92-96) face à celle du reste du monde, lors de la troisième édition de la Nba Africa game, jouée samedi à Pretoria, en Afrique du Sud. Un match organisé par la Nba Afrique, en collaboration avec la Nba, et composée exclusivement de joueurs de la Ligue américaine.

C’est à un véritable match exhibition que le public de Pretoria a eu droit samedi entre «Team Africa» et «Team world», marqué par la participation de deux joueuses de la Wnba (Swin Tayla Cash et Clarisse Machan­guana) qui ont joué un quart temps. Occasion pour les joueurs de la Nba de faire le spectacle pour les besoins de cette troisième édition remportée encore par l’équipe du reste du monde (96-92).
D’ailleurs, contrairement aux éditions précédentes, celle-ci a été plus rythmée avec de belles séquences de jeu et une certaine agressivité en défense. Ce qui a d’ailleurs causé beaucoup de problèmes à l’équipe africaine, plus orientée dans le jeu intérieur.

Le talent de Joël Embiid n’a pas suffi
Pourtant, la «Team Africa», composée de grandes stars dont l’une des révélations de la Nba ces dernières années, Joël Embiid (meilleur marqueur avec 24 pts, 8 rebonds, 4 pds) et Timothée Luwawu-Cabarrot (16 pts) ou encore Luol Deng (14 pts), a assuré le spectacle devant un public acquis à sa cause et fan du beau jeu. Mais sans jamais réussir à prendre les commandes dans ce match.
Acculée par les shoots extérieurs avec une adresse chirurgicale de l’équipe «mondiale», Team Africa a eu du mal à suivre le rythme. Surtout lors des trois premiers quarts temps (20-27, 47-54 et 68-78). C’est seulement dans la dernière «heure» que les «Africains» ont sonné la révolte, appuyés par le public, mais sans parvenir à surprendre la défense adverse. «Team world» s’impose finalement de quatre points (92-96) avec un énorme Danilo Gallinari des Clippers de Los Angeles.

Danilo Gallinari, «the Mvp»
Désigné Mvp, l’Italien a été d’une adresse insolente sur les shoots extérieurs avec 23 points à 9/10 dont 3/3 à 3 pts, 8 rebonds et 3 passes. D’autres comme Harrison Barnes (14 points) ou encore Hassan Whiteside, Marvin Williams, Garrett Temple et JaVale McGee ont donné beaucoup de fil à retordre au «Team Africa». Le tout, dans une ambiance bon enfant et avec un certain fair-play de la part des deux équipes.
La troisième édition aura donc été marquée par des moments forts avec l’ovation de la légende du basket américain, Abdul Kareem Jabbar, durant le match, mais également de la famille de l’ancien leader sud-africain, Nelson Mandela, dont l’Afrique du Sud célèbre le centième anniversaire de sa naissance.
Au-delà, le public de Pretoria a eu droit à un beau spectacle digne des matchs de la Nba. De la danse, des jeux, des concours de tirs à trois points, toute une panoplie pour offrir au public sud-africain un bel après-midi.
A noter que la prochaine édition pourrait se jouer au Sénégal, au Dakar Arena, la nouvelle salle de basket de Diamniadio qui sera inaugurée le 8 août prochain. Un nouveau joyau qui pourrait porter chance à l’équipe africaine avec enfin une première victoire.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here