PARTAGER

A deux mois de la 23e édition de l’Afrobasket féminin (du 16 au 25 août prochain), le nom du pays hôte n’est toujours pas connu. Si le Nigeria, Madagascar et la Tunisie ont déposé leur candidature, la Fiba-Afrique pense toujours à confier l’organisation au Sénégal. Justement la Fédé basket a enfin candidaté en déposant le dossier sur la table du ministre des Sports.

Le nom du pays devant abriter la 23e édition de l’Afrobasket féminin, prévue du 16 au 25 août 2019, n’a toujours pas été dévoilé par la Fiba-Afrique. A près de deux mois de l’événement, trois pays, à savoir le Nigeria, Mada­gascar et la Tunisie, auraient affiché la volonté d’organiser la compétition. Une information du Bureau central de la Fiba-​​Afrique qui s’est réuni le mois dernier à son siège, à Abidjan.
«Le Conseil attribuera le droit d’hôte à l’un de ces candidats à une date ultérieure. Les 3 pays sont les seuls qui ont exprimé leur volonté d’organiser la 23e édition de l’Afrobasket.»
Seulement à deux mois de l’événement, l’instance africaine n’a toujours pas dévoilé le nom du pays devant accueillir la compétition. Une attente qui ne manque pas d’indisposer, mais soulève quelques indiscrétions.
En effet, selon certaines sources, la Fiba-Afrique pense attribuer l’organisation au Sénégal. L’instance africaine ayant été séduite par l’engouement du public de Dakar pour la balle orange et surtout par rapport au Dakar Arena et avec les infrastructures hôtelières dont dispose la capitale sénégalaise.
Et pour couronner le tout, on apprend de nos confrères de la Rfm que la Fédération sénégalaise de basket a finalement déposé le dossier de sa candidature sur la table du ministre des Sports à qui revient le dernier mot.

Le dernier mot revient au ministre Matar Ba
Evidemment dans un tel contexte on peut comprendre les «hésitations» de l’Etat. Surtout par rapport à cette année 2019 où le ministère des Sports va devoir faire face à plusieurs rendez-vous internationaux. Entre autres : le Mondial U20 de foot qui se joue présentement en Pologne, la Can foot 2019, le Mondial U17, les Mondiaux de basket séniors et U19, le tournoi de qualification de handball pour les Jeux Olympiques 2020, les Jeux Africains au Maroc…
Autant d’événements qui nécessitent énormément de moyens et de logistique, souvent pris entièrement en charge par la tutelle. Et si on sait que pour abriter une telle compétition comme l’Afrobasket féminin pendant une dizaine de jours, le pays hôte devra répondre à certaines charges financières, on peut comprendre les hésitations de l’Etat sénégalais. La balle est dans le camp du ministère des Sports et dans le panier de Fiba-Afrique.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here