PARTAGER

Admiratif de la salle du Dakar Arena de Diamniadio, Adam Silver, commissionner de la Nba, a cité en exemple ce nouveau temple du basket sénégalais. D’ailleurs, le Dakar Arena pourrait abriter la prochaine édition de la Nba Africa game en août prochain. Pour le patron de la Nba, l’Afrique a besoin de ce genre de salles pour développer son basket.

Le patron de la Nba, Adam Silver, a cité en exemple, jeudi à Londres, la salle de basket du Dakar Arena de Diamniadio comme une des solutions pour le développement de la discipline en Afrique. C’était lors d’un point de presse avant la rencontre entre les New York Knicks et les Washington Wizards à l’O2 Arena. «Je pense que le problème immédiat pour nous est d’être en Afrique du Sud depuis trois ans sur quatre sans pouvoir jouer ailleurs. L’Afrique compte environ 55 pays, où nous pouvons jouer. Nous savons par exemple qu’une nouvelle salle (Dakar Arena) vient d’être inaugurée au Sénégal. En fait, mon collègue, le commissaire adjoint Mark Tatum, était présent pour cet événement. Nous voyons une énorme opportunité sur tout le continent africain de continuer à développer ce sport. Nous pensons que le développement des salles de basket est d’une importance cruciale pour la promotion de cette discipline. C’est un sujet sur lequel nous discutons régulièrement avec les dirigeants africains», a confié le commissionner de la Nba.
Après trois éditions disputées en Afrique du Sud, la Ligue américaine envisage de délocaliser la prochaine Nba Africa game à Dakar. La capitale sénégalaise étant prête à accueillir un tel événement grâce à son joyau qui fait plus de 15 mille places et qui répond aux normes internationales. D’ailleurs, des négociations sont en cours avec les autorités sénégalaises pour ce grand rendez-vous prévu en août et qui oppose une sélection de joueurs africains ou d’origine contre le reste du monde, tous évoluant en Nba.
Une occasion pour le commissionner de la Nba de souligner l’importance d’un tel rendez-vous. «Comme vous le savez, nous avons joué à Johannesburg trois fois sur les quatre dernières années. Nous avons constaté qu’il existe des joueurs, en partenariat avec la Nba players association, qui souhaitent s’engager réellement en Afrique. Ils ne veulent pas simplement venir jouer à un jeu, participer à une clinique et rentrer chez eux. Ils veulent venir et travailler dans la communauté. Dans bien des cas, ce sont des joueurs qui n’ont pas eu l’occasion de voyager à travers l’Afrique. Certains l’utilisent comme une occasion d’amener leur famille, de faire des safaris», souligne Adam Silver. Et ce dernier d’ajouter : «Ce format a été efficace pour trois des quatre dernières années. Et c’est la même chose avec les entraîneurs, les directeurs généraux et d’autres dirigeants d’équipe qui souhaitent vivre l’expérience de l’Afrique.»
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here