PARTAGER

Absente de la liste des 12 Lionnes retenues pour le tournoi préolympique de novembre, la capitaine des Lionnes ne serait pas «disponible», selon le sélectionneur Cheikh Sarr. A 38 ans, l’une des meilleures joueuses de l’Equipe nationale a préféré «zapper» l’étape de Maputo pour se consacrer à son nouveau club angolais.

L’absence de la capitaine de l’Equipe nationale féminine de basket de la liste des 12 joueuses retenues pour le Tournoi préolympique de Tokyo 2020 (Tqo), prévu en novembre prochain à Maputo, a suscité quelques interrogations et commentaires au sein de la famille de la balle orange. Interpellé sur la question, Cheikh Sarr a apporté des éclairages. Le coach des Lionnes de souligner que l’intéressée a demandé à être dispensée pour le tournoi de Maputo. «Astou Traoré n’est pas sur la liste parce que simplement elle a demandé à ce qu’on lui laisse le temps de rester avec son nouveau club (en Angola) qu’elle vient de rejoindre tout dernièrement. Voilà les raisons. Il n’y a rien d’autres.»

«On connaît ce que Astou représente pour cette Equipe nationale»
Et le technicien de poursuivre : «C’est la capitaine et on connaît ce que Astou représente pour cette Equipe nationale. Mais quand elle n’est pas disponible, on ne peut qu’accepter sa décision», a précisé Cheikh Sarr, joint hier en fin de journée.
A 38 ans, la capitaine des Lionnes semble plus proche de la retraite que de poursuivre l’aventure avec la sélection. Du coup, les interrogations ne manquent pas sur la suite à donner à sa carrière internationale. Même si, sur ce chapitre, le sélectionneur n’avait pas manqué de préciser, au lendemain du championnat d’Afrique perdu à Dakar face au Nigeria en août dernier, que l’avenir de la joueuse au sein de la Tanière dépendait exclusivement d’elle.
Reste à savoir si, avec le projet de rajeunissement de l’équipe et l’absence de compétition pour les Lionnes durant l’année 2020, Astou aura le temps et l’énergie de poursuivre l’aventure avec la sélection.

Problème de libération pour les «Américaines»
Pour ce qui est des «Améri­caines» dont Yacine Diop, Léna Niang ou encore Fatou Diagne, le sélectionneur parle de problème de libération. «Toutes les filles qui jouent aux Etats-Unis ne peuvent pas être libérées durant cette période. Il n’y a pas d’accord entre la Fiba et les Universités américaines pour une libération des joueuses durant cette période», a précisé Cheikh Sarr.
Quid des anciennes comme Mame Diodio Diouf ? La meneuse des Lionnes qui a grandement contribué à leur sacre ces dernières années, semble être plombée par le poids de l’âge, mais également les blessures récurrentes. D’ailleurs, lors du dernier Afrobasket à Dakar, elle a eu du mal à s’imposer. Une situation qui semble profiter à des joueuses comme Ndèye Khady Dieng (Dakar université club) et Oumou Khaïry Thiam (Gran Canaria Espagne) qui effectuent leur retour au sein de la Tanière. Par contre, Elma Malou (As Ville de Dakar), Ndèye Fatou Ndiaye (Sainte Savine basket France) et Marième Diop (B. F. Escaudain France) vont disputer leur première campagne avec l’Equipe A lors de ce tournoi. Parmi les recalées, il y a aussi Aïda Fall.
L’Equipe nationale débute sa préparation le 11 nombre prochain à Dakar avant de disputer son premier match le 14 novembre face à l’Angola, puis le Mali deux jours plus tard. A noter que seuls deux pays seront qualifiés pour la dernière fenêtre des qualifications pour les Jeux de Tokyo 2020.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here