PARTAGER

Après deux finales perdues, pour deux défaites seulement durant la saison, le Dakar Université Club (Duc) a finalement remporté la Coupe nationale, samedi face au Saint Louis Basket Club (Slbc. Un titre qui permet au Duc de sauver sa saison.

Jamais deux ans trois ! Cet adage, le Dakar Université Club (Duc) l’a cogité tout au long de la semaine. Et cela, au lendemain de la seconde finale perdue face à Saint Louis Basket Club (Slbc), en championnat. Les «Etu­diantes» venaient d’enregistrer une seconde finale perdue, après celle concédée face à l’Asc Ville de Dakar, en Coupe du Maire. Deux finales, deux défaites, après un parcours sans faute, au cours de la saison. Le décor était dès lors planté pour les filles de Mborika Fall, au moment de retrouver les «Saint-louisiennes», samedi au stadium Marius Ndiaye, en finale de la Coupe nationale. «Il fallait préparer les filles mentalement. C’est ce qu’on a fait de samedi dernier à mercredi. Avant de songer à des aspects tactiques ou physiques. Ce fut le match le plus difficile de la saison. Il ne fallait pas perdre ce match. Dieu a répondu à nos prières», dira la coach du Duc, Mborika Fall. La pauvre technicienne venait de surmonter l’un des obstacles les plus difficiles de sa jeune carrière. «Si j’avais perdu ce match, je devais partir. Ça c’est évident. On ne peut pas perdre trois finales de suite et avoir le courage de rester sur le banc. Maintenant, même si tout n’a pas été parfait, le dernier mot revient aux dirigeants», confie l’ancienne internationale.

Ndèye Fatou Ndiaye, meilleure scoreuse et meilleure rebondeuse
En effet, le Duc ne devait pas perdre samedi face au Slbc. Malgré un premier quart temps perdu (9-10), les «Etudiantes» du Duc prennent le match par le bon bout face à une équipe formation de Saint-Louis, avec un jeu rapide. Après un petit flottement en début de seconde période, le Duc finit par trouver le bon rythme et s’impose de cinq points d’écart (27-22). Ce sera l’un des tournants de la partie.
Au retour des vestiaires, le Duc réalise un troisième quart temps de haute facture et s’offre un écart de plus de 10 points après quatre minutes de jeu. Avec une présence en défense, Ndèye Fatou Ndiaye (21 pts, 11 rbd), meilleure scoreuse et meilleure rebondeuse, et ses copines accentuent leur avance à la fin du troisième quart (53-32). Avec 21 points à l’entame de la dernière «heure», l’équipe du Duc ne pouvait se permettre de laisser échapper la Coupe nationale. Elle va pourtant encaisser un 11-0 à l’entame du dernier quart temps (53-40 à 6.53). Aidée par Yaram Bèye (6 pts) ou encore Nacira Traoré (15 pts, 10 rbd), Ndèye Fatou Ndiaye remet le Duc sur les rails pour finalement s’imposer de 20 points (68-48). Finaliste l’année dernière face à l’Asc Ville de Dakar, le Duc n’avait pas remporté le trophée depuis 2010.
A noter qu’au cours de ce match, l’adresse sur les shoots extérieurs n’aura pas été au rendez-vous. Surtout du côté de Saint-Louis avec zéro tir réussi sur 13 tentatives contre 3 sur 13 pour le Duc. «Le Duc a été meilleure aujourd’hui. Il faut le reconnaitre et elles méritent leur victoire», dira Jubiter Niang, le coach de Slbc. Non moins sans regretter les incidents enregistrés avant le match. «On n’a pas effectué correctement l’échauffement. On nous a jeté des pierres, des sachets d’eau. Vraiment, ce sont des choses qu’on n’aime pas voir dans un match de basket», se désole le coach du Saint Louis Basket Club.
wdiallo@leqiptidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here