PARTAGER

Après la sortie des dirigeants du Dakar Université Club sur la violence dont leurs équipes auraient été victimes, le premier vice-président du Saint-Louis Basket Club (Slbc) et deuxième vice-président de la Fédération est monté au créneau pour dénoncer indirectement ces propos qui ne vont pas, selon lui, dans le sens de pacifier le milieu du basket. Pape Banda a invité par la même occasion tous les acteurs à travailler pour que la sérénité revienne.

«Nous n’avons pas le droit d’être tentés de recevoir des gens chez nous pour les bastonner», a en effet déclaré le dirigeant du Saint-Louis basket club (Slbc) qui répondait en quelque sorte aux dirigeants du Dakar Université Club, auteurs d’une sortie il y a quelques jours accusant certains clubs de violenter leurs joueurs et supporters. Pour Pape Banda Ndiaye, le basket Sénégalais a besoin d’être pacifié et n’a pas besoin de réplique va-t-en-guerre. «Les relations entre de grandes équipes doivent être des relations apaisées, constructives et paisibles, d’autant plus que tout le monde sait que le président de la Fédération sénégalaise de basket veut faire le basket sénégalais avec Saint-Louis et compte beaucoup sur Saint-Louis», a-t-il souligné. Le deuxième vice-président de la Fédération sénégalaise de basket a d’ailleurs rassuré toutes les équipes qui feront un déplacement à Saint-Louis. «Nous lançons un appel à toutes les équipes qui viennent nous rendre visite ici à Saint-Louis, qu’elles sachent qu’il ne sera jamais question de début de violence venant de nos supporters ou de nos joueurs. Il ne sera jamais question, qu’après une rencontre perdue ou gagnée, que nous versions dans la violence», a-t-il dit à leur intention avant d’ajouter : «Je lance un appel à tous les sportifs, à tous ceux qui aiment le basket, de savoir que les grandes équipes de basket se doivent de montrer un visage sportif et non un visage va-t-en-guerre. Que même si on les appelle sur ce terrain qu’ils refusent d’autant plus que c’est un grand club qui a fait cette déclaration.»
Pape Banda, qui a rappelé les péripéties des violences dont le Slbc a été victime lors de la dernière saison, a fait savoir qu’il a été victime d’agression dans son siège à Dakar par des individus identifiés mais a préféré ne pas poursuivre le combat devant la justice dans un souci d’apaisement.
Pour éviter ces violences, la Fédération doit, selon Pape Banda, prendre les mesures sécuritaires qui s’imposent. Il a d’ailleurs ajouté que ces mesures ont été déjà annoncées par les fédéraux qui ont demandé aux clubs de prendre leurs dispositions pour assurer une présence minimale de service d’ordre s’ils veulent que les matchs aient lieu. Mais pour le premier vice-président du Slbc, la meilleure façon de juguler ce mal, qui continue de gangrener le basket, c’est de sévir et sanctionner le fautifs sans état d’âme.

cndiongue@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here