PARTAGER

Auteurs d’une belle prestation lors du tournoi de Dakar, Lamine Sambe et Moïse Diamé ont largement contribué à la qualification des Lions à l’Afrobasket 2017 au Congo Brazzaville. Deux jeunes internationaux qu’on n’attendait pas et dont l’avenir en sélection suscite beaucoup d’espoir.

Ils n’avaient jusque-là pas eu l’opportunité d’exprimer leur talent avec l’Equipe  nationale. Lamine Sambe et Moise Diamé en ont finalement eu l’occasion lors du tournoi de la Zone 2 qualificatif à l’Afrobasket masculin au Congo Brazzaville.
Si le premier a participé aux deux tournois à Bamako et à Dakar, le second a attendu la phase retour pour séduire enfin la famille de la balle orange. Avec une bonne moyenne de points, les deux internationaux sénégalais ont grandement participé à la qualification des Lions.
«J’ai vécu ce tournoi avec cœur. C’est le Peuple qui nous soutient. C’est vrai qu’il y a la fatigue après deux semaines. Mais on n’y pense pas. On pense à jouer pour le Sénégal. C’est tout le Sénégal qui a gagné. Cela fait deux semaines qu’on est ensemble. On a appris à se connaitre. C’est le résultat de tout ce travail», disait Lamine Sambe, le meneur d’Evreux (Pro B), à l’issue de la qualification des Lions.
Le natif d’Orléans, en France, semble heureux de jouer pour sa Patrie. Présélectionné lors de l’Afrobasket 2015, il sera pourtant recalé par le staff technique. Lamine Sambe a su attendre sa chance. Aujourd’hui, il espère poursuivre l’aventure avec la sélection. «Pour mon avenir avec la sélection, je le laisse entre les mains du sélectionneur. En tous cas, je ferai tout pour venir jouer pour le Sénégal», confie le pensionnaire de Blois en Pro B en France.
Quant à Moise Diamé, le pivot des Lions avait déjà eu l’opportunité de faire valoir son talent. Une première expérience lors de la double confrontation avec le Mali, en 2015. Une aventure qui avait tourné au désastre pour celui qui venait juste d’intégrer la Tanière. Entre temps, le bonhomme a beaucoup mûri et est devenu un leader dans le secteur intérieur. «La première, c’était compliqué. Là, l’équipe a changé», souligne le «big man» qui aura donné du fil à retorde à ses adversaires.
Deux nouveaux éléments sur qui le sélectionneur Espagnol, Porfirio de Fisac, pourrait compter en août prochain au Congo Brazzaville. Même si les places seront âprement disputées.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here