PARTAGER

Les jeunes des camps de Amadou Ba et de Mbaye Ndiaye se sont affrontés hier. Le point de presse des proches du ministre des Affaires étrangères a été perturbé par des chaises renversées et des menaces.

Les seconds couteaux prennent le relais dans la bataille pour le contrôle de la coordination de l’Apr des Parcelles Assainies. Mbaye Ndiaye et Cie ne reconnaissent plus Amadou Ba comme leur patron. Et ce sont des jeunes affiliés au ministre des Affaires étrangères qui ont réagi hier par un point de presse qui s’est terminé en queue de poisson. En effet, la rencontre a été perturbée par une poignée de jeunes identifiés comme étant membres de la Cojer de la commune et qui seraient proches de Mbaye Ndiaye. «Le motif de la léthargie du parti dans la commune était en réalité fallacieux. La véritable raison était de créer un cadre, avec l’appui d’un certain  lobby, pour désigner le candidat de l’Apr aux Locales à venir», accuse Modou Guèye, le porte-parole des jeunes pro-Amadou Ba. Des propos qui ont fait sauter un des jeunes qui sont entrés dans la salle et qui l’a interrompu. «Ce n’est pas vrai», dit-il sur un ton sec et menaçant, l’index orienté vers M. Guèye. Ceux qui sont venus avec lui se sont levés et ont tous soutenu repris en chœur : «Ce n’est pas vrai.» Alors, ils ont commencé à renverser les chaises, installant la salle dans une cacophonie indescriptible. Des cris fusaient de partout. Certains voulaient en venir aux mains avec ces intrus. Mais ils ont été dissuadés par les muscles saillants de ces jeunes aux allures de lutteurs. A la place, ce sont des invectives qui sortaient de la bouche des organisateurs. Après une vingtaine de minutes, ils ont finalement décidé de s’adresser à la presse par une interview. «Ce sont les jeunes du parti que j’ai tout le temps respectés. C’est la Cojer, mais ils n’ont pas compris aujourd’hui l’objet de ce point de presse et nous ont agressés», s’est désolé Modou Guèye. Il rappelle qu’il y a eu deux résolutions pour une même Assemblée générale. «Le ministre Mbaye Ndiaye nous avait demandé d’accompagner et de protéger Amadou Ba», a-t-il souligné. Les jeunes pro-Amadou Ba accusent Mbaye Ndiaye, Alioune Badara Diouf et Mbathio Niakasso d’être derrière ces «perturbateurs». Mais aussi ils voient la main de Diouf Sarr, Mame Mbaye Niang et «Bara Ndiaye qui a écrit la lettre de destitution».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here