PARTAGER

Qui pour arrêter Bay Ciss avant que nous soyons obligés de le renvoyer à son passé ? Futur… ex-candidat à la mairie de Kaolack qui confond arène politique du Sénégal et espace de jeu en Gambie, pays étranger qu’il a choisi, comme Wade fils qui, au quotidien, foule du pied l’intelligence des Sénégalais, pour déclarer sa candidature à la mairie de Kaolack. Pis, au summum de l’audace, il lorgne le fauteuil du président de la République, son Excellence Macky Sall, en déclarant sa candidature pour 2024. Toujours, aussi bizarre qu’incroyable, depuis la Gambie.
Certainement Bay Ciss se trompe de pays, forcé qu’il a été de vivre à l’extérieur pendant des années durant… en promettant aux Kaolackois, une équipe municipale exclusivement composée de riches milliardaires ou dealers… excluant les «misskines, les goorgorlous (les pauvres)», c’est-à-dire plus de 51% des populations et leurs préoccupations de la gestion locale, en ignorant royalement la législation sur la décentralisation. C’est parce qu’il a vécu à l’étranger suffisamment longtemps qu’il a manifestement oublié les réalités du Saloum, celles du pays, l’approche inclusive de la politique sénégalaise dans laquelle les acteurs les plus médiocres savent que la règle d’or, c’est l’addition et non la soustraction. Pis encore, ici c’est la majorité qui sera éliminée, les pauvres, selon Bay Ciss.
Que dira le chef de l’Etat, Macky Sall, qu’il ambitionne de remplacer dans 7 ans, lorsqu’il apprendra que Bay Ciss s’est approprié dans une manière péremptoire l’initiative de la prochaine visite du Président de la Chine à Dakar le 22 juillet. Il a déclaré, toujours en Gambie, qu’il a négocié ce voyage présidentiel historique et que le président de la République, Macky Sall, compte sur lui pour trouver le financement de la construction de l’autoroute Mbour-Kaolack.
Pour ces dernières dérives politiques, nous laisserons le soin au cabinet du Président de prendre ses responsabilités et le rappeler à l’ordre. L’entourage direct du chef de l’Etat est interpellé sur cette sortie dangereuse d’autant plus qu’elle a été faite dans un pays étranger, avec toutes les conséquences qu’elle peut avoir sur la politique étrangère de son Excellence Macky Sall. Au plan politique, Kaolack prendra ses responsabilités. Et répondra à la mesure de la gravité des actes posés par ce candidat qui vit toujours, dans son esprit, en émigré. Et aucune arme non conventionnelle ne sera de trop…
Abdoulaye KHOUMA
Apr à Kaolack

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here