PARTAGER

Le refus de l’ambassade du Portugal de délivrer le visa à deux membres de l’encadrement technique de l’Equipe nationale de beach soccer pour le Mondialito au Portugal constitue «un mal pour un bien», selon Ibrahima Ndiaye «Chita», manager de l’Equipe nationale de beach soccer en ce sens qu’il aidera à une prise de conscience chez les autorités de doter les anciens sportifs de passeport diplomatique. «Je commencerais par rappeler le discours du ministre des Affaires étrangères devant les diplomates européens, face aux difficultés que nous rencontrons pour avoir le visa. Notre cas prouve qu’on ne nous respecte pas, nous les Africains. Malgré le discours d’hier de Macron à l’endroit des tirailleurs et adressé à toute l’Europe», a déclaré le manager de l’Equipe nationale de beach soccer, Ibrahima Ndiaye «Chita» qui, avec l’entraîneur de l’Equipe nationale Ngala Sylla, n’a pu se rendre au Mondialito, après s’être vu refuser par l’ambassade du Portugal un visa.
Interpellant le chef de l’Etat pour que les anciens sportifs en activité se fassent accorder un passeport diplomatique, «Chita» dit avoir introduit cette préoccupation dans le projet sportif sur lequel il travaillait avant l’avènement au pouvoir du Président Macky Sall. Mais cela tarde encore à être «concrétisé», d’après Ibrahima Ndiaye «Chita». «Ils ne diront jamais pourquoi on nous refuse le visa», tient-il à souligner.
«Chita» réclame que «tous les staffs des différentes sélections doivent posséder un passeport diplomatique pour ne pas être confrontés aux mêmes difficultés». «C’est le ministre des Affaires étrangères qui devait être informé par son collègue des Sports pour exiger des explications de la part du consulat portugais et des excuses», fait savoir le technicien. Qui précise : «Ce n’est pas une pression sur la tête des autorités, juste une demande pour services rendus à la Nation.»
Dans l’attente d’une audience avec le chef de l’Etat, Ibrahima Ndiaye «Chita» suivait avec intérêt les prestations de l’Equipe nationale de beach soccer au Mondialito qui a pris fin avant-hier.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here