PARTAGER
Generated by IJG JPEG Library

Le manager de l’Equipe nationale du Sénégal de beach soccer, Ibrahima Ndiaye Chita, indique «que c’est dommage de voir l’organisation de la Can de beach soccer confiée à l’Egypte alors que le Sénégal avait la possibilité de l’abriter».

«C’est vraiment dommage que le Sénégal n’ait pas déposé sa candidature pour organiser cette Can», a regretté hier l’un des précurseurs de la discipline au Sénégal. «Si l’Egypte en est arrivée à se faire confier l’organisation de cette compétition, c’est parce que c’est le seul pays à avoir déposé sa candidature sur la table de la Confédération qui a pourtant pris la précaution d’envoyer les cahiers des charges à tous les pays», note l’ancien international sénégalais au cours d’un entretien téléphonique.
Si l’on s’en tient aux propos du manager des Lions de la plage, «l’organisation de cette Can ne pouvait rien coûter au Sénégal sur le plan financier. Une telle organisation ne faisant appel qu’à des moyens matériels de la part du Sénégal». Se gardant de porter la responsabilité à quiconque, Chita juge paradoxal «qu’on investit des moyens colossaux pour organiser l’Afrobasket masculin alors qu’on ne peut même pas accorder ce privilège au beach soccer qui de surcroît est devenu quatre fois champion d’Afrique et a disputé six Coupes du monde».
N’ayant jamais remporté une Can, l’Egypte tient une occasion de combler ce vide en accueillant cette compétition. «Si l’Egypte ose organiser cette Can, c’est qu’elle mettra les moyens qu’il faut pour participer au moins à une Coupe du monde», pense Chita qui rappelle que l’Equipe égyptienne avait été éliminée en demi-finale de la dernière Can au Nigeria (2016) par les Lions du beach soccer qui ont été sacrés champions d’Afrique à l’issue de la compétition.
S’il est prématuré de parler des chances sénégalaises en ce qui concerne la prochaine Can en Egypte, Ibrahima Ndiaye «Chita» annonce la tenue de la première édition du trophée West african beach soccer union (Wabsu) qui se tiendra au Nigeria et à laquelle prendra part le Sénégal. Ce sera durant le mois décembre prochain où les champions d’Afrique feront face à trois autres pays africains que sont la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigeria.
West african beach soccer union (Wabsu) a vu le jour lors de la dernière Can de beach soccer au Nigeria selon Chita qui est chargé des compétitions au sein de cette structure mise en place par un Nigerian du nom de Tayé, un passionné de beach soccer qui vit entre Lagos et Londres.
C’est pour développer la discipline en Afrique de l’Ouest que le Wabsu a été porté sur les fonts baptismaux à en croire Chita qui s’est rendu la semaine dernière en Guinée-Bissau et en Gambie pour inviter les responsables de la discipline dans ces deux pays à participer à ce tournoi pour s’imprégner des méthodes qui puissent leur permettre de se hisser au niveau des meilleurs d’Afrique de l’Ouest. En attendant que ce tournoi se tienne au Nigeria et que les Lions de la plage se rendent en Egypte pour y défendre leur titre africain, Chita s’investit dans l’organisation d’un training camp qui se tiendra les 4 et 5 août prochain sur la plage de l’Unité 15 des Parcelles Assainies. Dix jeunes âgés entre 15 à 20 ans prendront part à ce camp d’entrainement qui vise à inculquer aux jeunes, des rudiments qui feront d’eux de bons joueurs de beach soccer dans le futur.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here