PARTAGER

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Syn­pics) a organisé, samedi dernier à l’Ecole nationale de développement sanitaire et social (Endss), son 10ème congrès à l’issue duquel le journaliste de l’Aps a été élu Secrétaire général.

A l’issue de son 10eme congrès, le Syndicat des professionnels de l’information et de communication du Sénégal (Synpics) a procédé au renouvellement de son Bureau exécutif national (Ben). Le journaliste Ahmadou Bamba Kassé a été élu à sa tête à la fin de ce congrès marqué par la présentation du rapport du bureau sortant, la distinction et l’élévation au rang de membres d’honneur des anciens secrétaires généraux. Cette élection a été marquée en amont par une divergence sur les quatre procurations dont certains doutaient de la «sincérité». «Ce n’est pas une affaire de confiance mais une personne qui a dit qu’elle n’a pas de procuration et cinq minutes après elle nous la présente. Ce n’est pas normal, une procuration doit être écrite et signée par l’intéressé», hurle l’un des congressistes. Le modérateur prend son téléphone et appelle les intéressés pour arrondir les angles. Chacun d’eux confirme avoir désigné la personne indiquée pour voter à sa place. Ensuite ceux qui ne sont pas membres de la Commission administrative (Ca) ont quitté la salle. C’était le début de l’élection. Quelque temps après des ovations et cris de joie attiraient la curiosité des occupants des allées et jardins d’en face. C’est l’élection de Ahmadou Bamba Kassé avec 24 voix contre 23 pour son challenger Khaly Nar Fall.
Il s’en est suivi des appels au rassemblement. Bamba Kassé tient ses premiers mots : «je remercie d’abord ceux qui n’ont pas porté leur choix sur ma personne parce qu’ils ont accepté les règles du jeu démocratique. Je voudrais ensuite rendre hommage à ceux qui m’ont soutenu et leur dire que je ferai tout ce qui est de mon pouvoir pour ne pas les décevoir», déclare le nouveau Secrétaire général du Synpics. Qui appelle tout le monde à se retrouver derrière le syndicat pour qu’ «ensemble nous puissions continuer le travail entamé par le bureau auquel nous succédons». Un de ses combats est «que tous les signataires de la convention collective des journalistes et les patrons de presse qui veulent entreprendre dans le milieu respectent cette dernière», dit-il avant d’approuver que «le syndicalisme n’est pas seulement des revendications mais aussi des propositions de projets d’épanouissement social». Il a ainsi invité tout le monde, notamment les jeunes, à aimer davantage leur métier et à se syndiquer tout en sachant que le Synpics est leur maison.

Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here