PARTAGER

Le proviseur du lycée Ahoune Sané de Bignona ainsi que le censeur et le surveillant ont été relevés de leurs fonctions suite à l’affaire des copies de l’épreuve de Français qui, selon l’autorité académique, portait la mention «Coalition Sonko Président». Une plainte contre X a été aussi déposée par l’Inspecteur d’académie de la localité. Les syndicalistes dénoncent un deux poids deux mesures et appellent l’autorité à revenir sur ces sanctions.

L’Inspecteur d’académie de Ziguinchor, Siaka Goudiaby, a déposé une plainte contre X auprès du procureur de Ziguinchor dans l’affaire des copies d’épreuve de composition de Français, portant mention à caractère politique «Coalition Sonko président». A titre conservatoire et par mesure de sauvegarde, le proviseur du lycée Ahoune Sané ainsi que le censeur et le surveillant ont été relevés de leurs fonctions, annonce un communiqué signé par l’Inspecteur d’académie de Ziguinchor qui annonce que des investigations judiciaires sont en cours.
Tout est parti des compositions du premier semestre commun à tous les établissements de la région. Et le problème est venu précisément de l’épreuve du Français organisée le 7 février dernier au lycée Ahoune Sané de Bignona. D’après le communiqué, il a été constaté sur les sujets de cette épreuve distribuée aux élèves de la classe de Seconde dudit lycée la mention «Coalition Sonko Président». Or, soutient l’Inspecteur d’académie, les épreuves ont été envoyées en paquet complet avec toutes les disciplines, par mails groupés et simultanément sur la liste de diffusion de tous les proviseurs.
Face à cet acte que l’Ia de Ziguinchor qualifie de violation grave des règles de déontologie et d’éthique qui président au fonctionnement des établissements scolaires, une demande d’explications a été servie au proviseur, en l’enjoignant de fournir de plus amples informations sur cette situation «sans précédent». Et selon les termes du communiqué, le proviseur a par la suite servi, à son tour, une demande d’explications au censeur et au surveillant chargé du tirage des documents, et autres agents de l’établissement qui interviennent dans la chaîne de transmission, de reprographie et d’administration des épreuves.

Les syndicalistes dénoncent un deux poids deux mesures
Les syndicalistes voient dans cette affaire «une politisation». Dame Mbodj, secrétaire général du Cusems authentique, dénonce ces mesures qu’il qualifie de deux poids deux mesures. Surtout, révèle le syndicaliste, «l’Inspecteur d’académie de Ziguinchor est un membre connu de l’Apr». Il l’accuse d’avoir profité de sa position pour sanctionner des enseignants. Poursuivant son propos, il convoque une autre affaire similaire à celle qui s’est produite au lycée Ahoune Sané. Selon lui, l’académie de Diourbel a fait pis. «Pour les épreuves d’Anglais, l’académie a produit un texte qui fait la propagande de Macky Sall, en mettent en exergue ses réalisations. Et cette épreuve a concerné toute la région de Diourbel. Et au moment où je vous parle, il n’y a aucune sanction à l’égard de l’Ia de Diourbel», regrette le secrétaire général du Cusems authentique.
Le syndicaliste a, en outre, déploré la précipitation avec laquelle l’autorité a diligenté cette affaire. «Elle aurait dû la gérer avec plus de sérénité, attendre la fin de l’élection présidentielle, car nous sommes dans un contexte sensible», relève-t-il. Outre la «précipitation», le syndicaliste trouve également que «la sanction est disproportionnée à la faute, si faute il y a». Il révèle que d’après leur enquête auprès des concernés, ils ont tous nié les faits qui leur sont reprochés.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here