PARTAGER

Après deux ans d’inactivité et dans la dynamique unitaire de Benno bokk yaakaar, l’Apr de Bignona a repris ses activités ce week-end. Le parti présidentiel veut remobiliser ses troupes en direction des prochaines Locales, et surtout après que le candidat Ousmane Sonko a remporté le département lors de la Présidentielle. Ablaye Badji et Cie ont, par ailleurs, pris la défense de Aliou Sall cité dans une affaire de corruption dans un reportage de la Bbc.

La Présidentielle du 24 février avait dicté à l’Apr de Bignona de mettre en berne ses activités dans le département pour mettre en avant Benno bokk yaakaar (Bby). Mais, à travers une Assemblée nationale, le week-end, le parti au pouvoir a repris du service. Pour Ablaye Badji et ses camarades, il s’agit de «repositionner» et de «remobiliser» les troupes. «Il est bon, en direction des prochaines élections, de savoir ce que vaut l’Apr à cet instant au niveau de notre département», a indiqué le coordonnateur départemental. Si les apéristes se disent rassurés par rapport à la mobilisation et à la qualité des débats de ce week-end, il n’en demeure pas moins qu’il y a, de l’avis de M. Badji, «un travail de terrain à faire pendant deux semaines pour voir comment le parti se comporte réellement et pour dire ce qui adviendra des échéances prochaines». En effet, il a rappelé qu’avec les résultats sortis des urnes lors de la Présidentielle, la majorité n’est plus de leur côté. Le candidat de la coalition Sonko Président avait remporté le département de Bignona, tout comme Ziguinchor et Oussouye. Pour rectifier le tir, les Apéristes cherchent à inverser la tendance aux Locales prochaines.
En marge de cette rencontre, Ablaye Badji a réagi aux accusations de la Bbc contre Aliou Sall, qu’il trouve «pas du tout fondées» parce que, relève-t-il, «jusqu’à preuve du contraire, personne n’a encore brandi un document». A la plateforme Aar li nu bokk qui multiplie les manifestations et réclame que justice soit faite dans cette affaire, l’apériste de Bignona s’en remet à la justice qui s’est saisi du dossier. «Nous devons suivre la procédure. Et de toute façon, on va y arriver et ceux qui ont accusé des gens de façon gratuite l’apprendront à leurs dépens. Dire des choses alors qu’on n’en a aucune preuve cela est trop grave. Je pense que c’est du cirque et l’opposition, groggy au sortir de la Présidentielle, trouve là une occasion d’exister à nouveau», estime M. Badji. Il trouve d’ailleurs «assez troublant» que, sur des causes différentes, certains se mêlent à d’autres pour manifester contre une affaire qui n’existe pas encore. «On parle de pétrole déjà vendu alors qu’on n’a encore sorti aucun baril, aucun litre. Ce n’est pas sérieux et ce cirque doit s’arrêter», dit-il. Le responsable de l’Apr de Bignona ne s’explique pas, par ailleurs, que les détracteurs du frère du Président exigent la démission de ce dernier de ses autres fonctions après la Cdc. «Cela n’a pas de sens et cela voudrait dire qu’à chaque fois qu’il y a un reportage accusant une personne, on peut réclamer son départ pour mettre à l’aise le Président. C’est une grosse farce et les gens doivent arrêter», s’est-il indigné.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here