PARTAGER

Les responsables de la mouvance présidentielle du département de Bignona ont fait l’évaluation des résultats sortis des urnes le 24 février. Ablaye Badji et Cie estiment que Sonko a utilisé des «armes non conventionnelles» que sont le vote affectif ou ethnique. Désormais, ils se préparent aux prochaines Locales.

51 438 voix pour la coalition «Sonko Président» contre 27 398 pour le candidat de Benno bokk yaakaar, 2 169 pour Idy 2019, 412 pour le Pur et 377 pour Madické 2019. Ce sont les résultats sortis des urnes dans le département de Bignona. Des résultats qui consacrent la victoire sans appel de Ousmane Sonko alors que toutes les 19 communes étaient pourtant contrôlées par la mouvance présidentielle aux dernières Locales. Un séisme politique qui a fini de faire vaciller la muraille Benno. D’ailleurs, pour les responsables de la majorité présidentielle élargie, il s’agit aujourd’hui de tirer les premières leçons de ce désastre afin de mieux se projeter pour les prochaines joutes électorales. Un exercice qui a pris les contours d’une Assemblée générale d’évaluation présidée par le coordonnateur départemental de Bby de Bignona et qui a mobilisé ce week-end tous les responsables du département. Face à la presse, Ablaye Badji a estimé que tous les enseignements relatifs à ce scrutin présidentiel ont à cet effet été tirés. Selon lui, leur coalition a pourtant mené une campagne «excellente» à tous points de vue et qui, rapportée aux résultats engrangés par Benno bokk yaakaar, peut étonner plus d’un. «Les gens ont travaillé, mouillé le maillot et toutes les stratégies ont été mises en œuvre. Mais certainement il y a quelque chose qu’on n’a pas pu prendre en compte et qui nous a coûté cet échec», a-t-il indiqué. Et pour justifier le triomphe de ses adversaires, en l’occurrence les partisans de la coalition «Sonko Président», M. Badji a soutenu que ces derniers ont utilisé «des armes non conventionnelles en s’appuyant sur le vote que d’aucuns qualifieraient d’affectif ou ethnique, même si on pourrait dire la même chose ailleurs». Il ajoute : «Si on interroge les chiffres des élections législatives et du parrainage, cela montre que dans notre propre vivier, on a perdu beaucoup de voix. Et ce sont des choses à analyser et à revoir.» Car, pour le coordonnateur départemental de Benno, des échéances se profilent à l’horizon dans 8 mois et il faut corriger tout cela. Il s’agit, selon lui, de «prendre les dispositions nécessaires, de dégager une autre approche pour ces élections locales». C’est que les responsables de la majorité présidentielle sont conscients que la victoire du leader de Pastef «peut, par un effet d’entraînement, doper les gens». Et, alerte-t-il, «ce sera cela la difficulté, mais il faudra faire face et on a le temps pour cela». Bby de Bignona entend afficher sa «ferme détermination» à renverser la tendance pour les prochaines Locales. En attendant, c’est au nom de tous les militants et sympathisants de la majorité présidentielle élargie que Ablaye Badji a félicité Ousmane Sonko pour sa victoire dans le Bignona et dans la région de Ziguinchor. «Nous avons également adressé une motion de félicitation particulière au président de la Répu­blique Macky Sall pour sa bril­lante réélection», a-t-il ajouté.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here