PARTAGER

Le Regroupement national des organisateurs privés pour le Hadji et la Umrah au Sénégal (Renophus) souhaite voir l’année prochaine une réduction du billet d’avion pour la Mecque. La Journée nationale d’évaluation, organisée hier, a été sanctionnée par une résolution et des recommandations à l’endroit de l’Etat.

«L’Etat doit revoir à la baisse le prix du billet d’avion du pèlerinage à la Mecque. Il doit tenir compte des prix pratiqués par les compagnies régulières.» C’est une recommandation du Regroupement national des organisateurs privés pour le Hadji et la Umrah au Sénégal (Renophus), qui tenait hier à l’institut islamique de Dakar, une Journée nationale d’évaluation de la dernière édition du pèlerinage aux Lieux saints de l’islam. Et les membres du Renophus souhaitent aussi que le contrat de transport soit signé entre la compagnie de transport et le voyagiste pour permettre d’éviter certains impairs. Dans le même sillage, les organisateurs privés suggèrent la résolution à temps du problème des visas des étrangers résidant au Sénégal avec le ministère des Affaires étrangères et l’ambassade d’Arabie Saoudite au Sénégal. Pour ces personnes, la réglementation leur octroie un quota de 1%. En ce qui concerne les stickers des missionnaires, le regroupement demande le retour à l’orthodoxie. C’est-à-dire les donner aux ayants droit que sont les administratifs, les têtes de regroupements, les médecins afin de leur permettre de faire leur boulot convenablement.
Quant au transfert des fonds, les privés veulent que l’on laisse à l’organisateur le choix de sa banque. Parmi les 28 propositions, le Colonel Moustapha Diongue, président du Reno­phus, est revenu sur un point. Il dit : «Le cahier des charges dit que le voyagiste qui a 100 pèlerins peut organiser le pèlerinage comme le regroupement qui a au minimum 100. Le maximum, c’est 600. Donc on veut une application correcte de cette disposition du point 6 du cahier des charges.» Pour le cas du transport en Arabie Saoudite, de l’hébergement et de la restauration, des suggestions ont été faites dans ce sens. Pour ainsi répondre à la forte demande pour le pèlerinage, la structure réclame le quota normal pour le Sénégal qui est de 15 000. Le regroupement veut aussi 2 représentants dans la mission d’évaluation qui se rend à la Mecque, non sans appeler au respect de la volonté de Macky Sall de procéder au retrait progressif de l’Etat dans le convoyage des pèlerins. Le représentant du Délégué général au Pèle­rinage, a fait comprendre que tout le monde travaille à rehausser l’image de marque du Sénégal. Selon Pape Ousmane Sèye, Secrétaire permanent de la Dgp, leur comité de conciliation a réglé l’année dernière 18 cas de contentieux opposant privés et partenaires. «C’est pourquoi, nous renouvelons notre appel pour que les contentieux soient portés à la connaissance de la Dgp et pour éviter de les porter devant la justice sénégalaise. Ce qui nous retarderait. Donc la Dgp est disposée à jouer sa partition dans ce cadre que j’ai indiqué», a-t-il demandé. La Délégation générale, dit-il, a depuis 2016 toujours privilégié le dialogue et la concertation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here