PARTAGER

Tombées les armes à la main face au pays hôte, l’Espagne, les Lionnes du basket sont partagées entre satisfactions et regrets au lendemain de leur élimination du Mondial.

Au lendemain de leur élimination en huitième de finale du Mondial 2018, les Lionnes avaient toujours la gueule de bois après la défaite contre le pays hôte, l’Espagne. Cons­cientes qu’il y avait de la place pour accéder en quart de finale, les vice-championnes d’Afrique, en dépit de quelques regrets, tirent néanmoins un bilan satisfaisant de leur campagne à Tenerife, marquée par une victoire historique en phase finale d’une Coupe du monde face à la Lettonie.
Pivot des Lionnes, Mame Marie Sy, tire le bilan. «C’est un bilan mitigé parce que positif dans un premier temps et après il y a ce goût d’inachevé qu’on a senti à la fin. On aurait aimé réaliser l’exploit contre l’Espagne. Mais comme consolation, on a bien savouré notre victoire historique contre la Lettonie. C’est la première fois que cela arrivait.» Quid du match contre la Chine ? «Contre la Chine, c’est la fatigue qui nous a le plus handicapées avec comme conséquences pas mal de blessées, de petits bobos. Ce qui est normal dans une compétition de dix jours où le rythme est assez soutenu. Donc, forcément, c’est dans la tête que tout cela se passe. Il y a un nouveau coach, un nouveau système qui est mis en place. Notre niveau a plus ou moins évolué. Il y a des joueuses expérimentées et des joueuses de talent. Il y a des joueuses comme Bintou Diémé qui nous a beaucoup aidés à la Mène. Après, il y a Diodio aussi qui était là. Ce sont des joueuses d’expérience qui savent gérer des matchs. Sincèrement, l’avenir est prometteur. J’espère que les filles ont acquis pas mal d’expérience et elles vont en tenir compte pour les prochaines échéances…»

Retenir les leçons pour préparer les autres échéances
Oumou Khairy Thiam «shoot» dans la même direction. «Le bilan est positif. On a fait une très bonne préparation. On a fait un très bon tournoi aussi. Au fur et à mesure, on a continué à progresser. Cela s’est vu au fil des matchs. Je suis fière de l’équipe, fière de ce qu’on a pu réaliser avec cette victoire historique contre une équipe européenne. Mais y a un goût d’inachevé parce qu’on voulait aller plus loin. Il faut continuer le travail et voir ce que l’avenir nous réserve», soutient l’ailière des Lionnes.
Astou Traoré a été malheureuse lors du dernier match contre l’Espagne. Blessée au genou, la capitaine des Lionnes s’est dit attristée d’assister impuissante à l’élimination du Sénégal. «Je suis triste car on a perdu un match important. Je suis aussi déçue car je voulais apporter beaucoup plus à l’équipe. Mais, je n’ai pas pu le faire à cause de ma blessure au genou. J’ai forcé durant tout le match, mais ce n’était pas possible. On avait les moyens de battre l’Espagne, si l’équipe était au complet. On va retenir les bonnes choses réalisées dans ce tournoi pour préparer les autres échéances. Il faudra continuer le travail pour relever d’autres défis», a-t-elle déclaré sur un ton plein d’optimisme.
Sur le banc aussi c’est le même sentiment ; avec Ndèye Fatou Ndiaye «Davala» : «Je suis très contente de ma première campagne avec l’équipe nationale A. J’étais venue apprendre auprès des anciennes et j’ai vraiment beaucoup appris. Ce n’est pas donné à n’importe qui d’avoir la chance de jouer une phase finale de Coupe du monde. J’ai été bien accueillie par les anciennes et très bien encadrée durant la préparation et durant la compétition. C’est vrai que je n’ai pas eu du temps de jeu, mais ce n’est pas le plus important. J’aurai l’occasion de jouer lors des prochaines échéances. J’ai vécu une belle expérience. Cela m’a donné l’envie de travailler davantage sur tous les plans.»
Blessée et out durant tout le tournoi, Aminata Fall positivise elle aussi : «Personnellement, je n’ai pas pu jouer parce que j’étais forfait. C’est le sport. C’était dur mentalement, mais il faut rester positif. Et j’ai eu la chance de rester avec le groupe pour soutenir les filles et les encourager.» Sur la prestation globale de ses coéquipières, elle présente elle aussi un bilan satisfaisant. «Je crois qu’on a fait un bon tournoi. On a super bien travaillé. Il faut comprendre qu’on a joué contre de grandes nations du basket, mais je crois qu’on a su rivaliser avec elles. On a tout donné au point que désormais, les gens se disent que le Sénégal est un pays de basket et qu’il faut se réveiller tôt pour les battre. Ce qu’on a fait ici doit nous servir pour mieux progresser à l’avenir.»
Notons que les Lionnes devraient quitter aujourd’hui Tenerife pour Dakar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here