PARTAGER

L’ex-ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a fondu en larmes lors de la cérémonie de passation de services. Appréciant son passage à la tête de ce département, il a dit à son successeur que la majorité des projets du département sont bien avancés.

En plein dans son discours, Mansour Elimane Kane fond en larmes. Très ému apparemment par «ses réalisations» qu’il était en train de citer. Il a fallu quelques minutes et de timides applaudissements de la part de ses désormais ex-collaborateurs pour requinquer le ministre sortant et lui permettre de retrouver le timbre de sa voix. S’adressant à son successeur, Abdoulaye Daouda Diallo, M. Kane affirme sans modestie : «Vous héritez d’un département où la majorité des projets sont déjà bien avancés avec un défi d’une mise en service avant 2019.» Une façon pour le ministre sortant de s’auto-glorifier de sa mission et de dresser son bilan.
Le tout nouveau ministre du Pétrole et des énergies s’est fait le plaisir de rappeler ses réalisations dans le domaine des infrastructures. «Durant notre magistère, nous avons réalisé au moins 50 km d’autoroute par an», souligne-t-il. Ce qui fait qu’entre 2012 et 2018, annonce-t-il, le Sénégal aura construit 187 km pour un coût global de 1166 milliards de francs Cfa. Parlant des routes, Mansour Elimane Kane soutient que les efforts du département ont porté sur la réhabilitation mais aussi sur la densification au cours des trois dernières années. Le tout nouveau ministre du Pétrole et des énergies évoque les 38 projets routiers avec un linéaire de 1061 km de routes revêtues et 7 ponts réalisés pour un montant global de plus de 462 milliards de francs Cfa.
Il s’est également vanté du niveau d’avancement des travaux du Train express régional (Ter) d’un coût environ de 568 milliards de francs Cfa mais aussi du projet de réhabilitation de la ligne de chemin de fer Dakar-Tamba. Il s’agira pour ce projet de construire, annonce M. Kane, 530 Km de voies ferrées à écartement standard avec la réalisation à Tambacounda d’un port sec. «Le contrat commercial a été signé avec un consortium qui s’est engagé à mobiliser le financement d’ici le 31 octobre 2017», lance-t-il. Le ministre sortant des Infrastructures s’est également attardé sur l’acquisition de nouveaux bus pour moderniser le parc automobile jugé vétuste. Il s’est réjoui des réformes en cours pour plus de sécurité sur nos routes, mais il a aussi rappelé au nouveau ministre, les défis qui l’attendent, notamment la mise en service de tous ces projets avant 2019. Il a suggéré à son collègue de s’appuyer sur les ressources humaines de qualité du ministère qui, selon lui, est l’un des départements les plus techniques.
Quant à Abdoulaye Daouda Diallo, successeur de Mansour Elimane Kane au département des Infrastructures, il a promis de donner des «réponses satisfaisantes» à la mobilité urbaine. Il a invité les Sénégalais à un nouveau comportement citoyen à la hauteur des investissements. «Ils doivent être des outils de développement et de croissance pour le développement du pays», indique-t-il. Il dit prendre note des conseils de son prédécesseur, notamment pour les projets en cours. Le nouveau patron du ministère a tenu à rassurer ses nouveaux agents ainsi que les partenaires sociaux. «Tous les accords seront respectés et le dialogue avec les syndicalistes va continuer», promet Abdoulaye Daouda Diallo.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here