PARTAGER
Birahim Seck, coordonnateur du Forum civil, a présenté hier le rapport de Transparency International.

Le tout nouveau coordonnateur du Forum civil se garde de prendre position dans le contentieux qui oppose la Sde, Suez et l’Etat. Birahim Seck préfère attendre la fin de la procédure contentieuse pour se prononcer. «Il y a beaucoup de manipulations dans cette guéguerre entre acteurs économiques», note-t-il. Poursuivant son propos, il révèle que des gens l’ont interpellé pour lui demander de se prononcer sur la question. Mais «je leur ai demandé de nous donner les cahiers de charge, les offres de Suez, celles de la Sde, y compris le rapport d’évaluation. Et c’est à partir de ce moment que nous pouvons faire une analyse objective. Ceux qui parlent, à moins qu’ils aient des preuves qu’ils ne veulent pas divulguer et ce serait irresponsable, n’ont pas ces documents sus cités», admet-il. Il soutient que le Forum civil ne peut pas s’engager à parler de la procédure contentieuse. En revanche, déclare-t-il, «le jour où on aura des preuves qu’il y a de la corruption, le Forum civil dénoncera».
Tout de même, il estime que le Forum civil peut donner son avis sur les 25% de parts réservés au secteur privé. Pour lui, «il faut impérativement que l’Etat lance un appel public à l’épargne pour permettre à tout Sénégalais qui le désire de pouvoir bénéficier d’une part au moins dans la société qui sera créée pour la gestion de l’eau au Sénégal. Le citoyen doit se battre pour disposer de ces parts. Il est inconcevable qu’on nous ramène du temps du Parti socialiste où c’était un groupe de personnes qui s’accaparaient des parts réservées au secteur privé. Aujourd’hui, on doit renverser cette tendance pour l’intérêt des Sénégalais», tonne-t-il.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here