PARTAGER

Birame Faye, directeur général de l’Agence de sécurité de proximité (Asp), travaille à la pérennisation de cette institution mise en place pour essayer de résorber le chômage des jeunes. Même si le volontariat est le moteur de cette agence créée en 2013.

Nommé directeur général de l’Agence de sécurité de proximité (Asp) il y a quelques mois, Birame Faye se retrouve face à une situation d’urgence. L’Etat est en train de travailler pour la pérennisation de l’Agence, déclare le patron de cette boîte qui était hier à Ziguinchor où il séjourne. «Les Asp sont des volontaires. Ils ont signé un engagement service-volontaire. Le président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, a bien voulu leur faire une prorogation de deux ans. Nous sommes en train de travailler pour les perspectives professionnelles de ces Asp. Et on a même fait un séminaire auquel tous les experts en emploi et en sécurité, et tous les partenaires étaient conviés. Nous sommes en train de travailler à la pérennisation de l’institution», a exprimé le successeur de Pape Khaly Niang. Un engagement nécessaire, car ce projet fait partie du dispositif mis en place par le Président Sall pour résorber le chômage des jeunes qui devient une bombe sociale à retardement.
En qui concerne la hausse des rémunérations qui sont de l’ordre de 50 mille francs Cfa le mois, Birame Faye estime que ce sujet n’est pas à l’ordre du jour, déjà chargé avec le départ annoncé de la première génération des Agents de sécurité de proximité. Toutefois, il annonce la création d’un dispositif qui permettra d’assurer aux jeunes des perspectives professionnelles plus réjouissantes que leur situation actuelle.
Il y a quelques jours, le ministre de l’Intérieur qui était en visite à la direction générale de l’Agence s’est aussi exprimé sur la question sans donner trop de détails sur l’avenir de ces hommes. «La première génération va boucler ses six (6) ans. Je pense qu’avec tout le travail abattu, il y a de bonnes perspectives. C’est le président de la République qui devrait valider ces perspectives», avait précisé Aly Ngouille Ndiaye. Ce dernier a montré sa satisfaction par rapport au travail de ces agents engagés par l’Etat à travers le décret n° 2013-1063 du 5 août 2013. Nous avons plusieurs fois tenté de faire réagir le directeur, mais nos tentatives sont restées vaines. Il avait demandé le protocole d’entretien que nous avons envoyé à son chargé de communication. Sans suite…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here