PARTAGER

Plongées dans l’obscurité, les populations du Dande Mayo sont sorties de leur isolement pour dénoncer leurs conditions de vie. Elles réclament de l’électricité et des infrastructures routières.

Y’en a marre de l’obscurité. Les populations du Dande Mayo, situées dans la commune de Bokidiawé, ont exprimé leur courroux samedi soir au village de Guiraye. Elles réclament de l’électrification et le désenclavement  de leurs localités. Ce sont donc 7 hameaux (Mow, Dondou, Ballèl Pathé, Gawdal, Guiraye, Diamel Gawdal, Ndiakry), érigés sur les bords du fleuve Sénégal, qui ont exprimé leur ras-le-bol pour dénoncer leur vie moyenâgeuse.
Plongés dans les ténèbres depuis les indépendances, les habitants du Dande Mayo, d’une population d’environ 35 mille habitants, veulent la lumière. Sidy Yaya Guèye, porte-parole des manifestants, ne décolère pas : «Notre zone est confrontée à de sérieux problèmes liés à l’électrification, l’approvisionnement en eau potable, mais aussi l’absence de routes praticables. La piste, qui désengorge le Dande mayo, n’est pas bitumée et pose d’énormes problèmes pour les populations qui peinent à évacuer leurs malades vers les hôpitaux de Matam et Ouros­sogui.» Ce n’est pas tout : les populations  de cette contrée exigent la construction d’un  centre de santé pour éviter des évacuations vers les zones éloignées au prix de la vie des malades. Cette zone, qui dispose de toutes les potentialités, tarde à prendre son envol, à cause de l’absence d’infrastructures routières. Cet enclavement nuit à son développement impossible à assurer sans de réels investissements dans les domaines électrique et routier. Alors que le gouvernement a prévu  d’aménager de vastes surfaces afin d’obtenir de meilleurs rendements et espérer atteindre l’autosuffisance en riz au Sénégal d’ici à 2019.
Dans la zone du Dande Mayo, les populations de Guiraye souhaitent plus d’aménagements agricoles pour plus de rendements. A moins de deux mois des élections législatives, le Dande Mayo «envoie un message fort» au régime en place.
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here