PARTAGER

Prévu le 13 août prochain, le combat Bombardier-Eumeu Sène ne pourrait se tenir que si la saison de lutte est prolongée au-delà du 31 juillet, date officielle de clôture. Une décision qui revient uniquement au ministre des Sports.

Le combat Bombardier-Eumeu Sène aura-t-il lieu le 13 août prochain, comme l’a souhaité et annoncé le promoteur Assane Ndiaye ? C’est la question que se posent les amateurs de lutte ces derniers jours. Surtout avec la polémique au sujet de la prolongation de la saison de lutte dont la fin est calée officiellement le 31 juillet prochain.
Une promesse de prolongation aurait été faite au promoteur, Assane Ndiaye, par le ministre des Sports. Seulement, sur cette question, le chargé de communication du Comité national de gestion de la lutte précise que sa structure n’est nullement habilitée à fermer ou ouvrir la saison de lutte. «C’est par un arrêté ministériel qu’il est mis fin à la saison de lutte ou qu’elle est prolongée. Le Cng ne peut pas décider de la fin ou d’une prolongation», a souligné Thierno Ka. Avant d’ajouter : «Nous avons reçu une lettre du promoteur (Assane Ndiaye) quant à une prolongation de la saison, je crois de deux semaines. Maintenant, c’est au ministère de répondre ou non à cette demande. Le Cng ne peut nullement accorder une telle dérogation», précise M. Ka. Avant de lister les motivations en cas de demande de prolongation. A savoir : «Un cas de force majeure, une calamité naturelle ou encore l’indisponibilité des infrastructures. C’est pour des situations de ce genre, explique-t-il, qu’on peut prolonger la saison de lutte.»
Faut noter que le mois de juillet est déjà «full», avec les combats Modou Lô-Lac 2 et Ama Baldé-Papa Sow. «Ces deux combats sont prévus respectivement les 16 et 23 juillet prochain. Il n’y a aucun problème à ce niveau. Pour l’instant, ce sont les deux dernières grosses affiches de la saison», renseigne le chargé de Com’. La date du dimanche 30 juillet est déjà écartée car coïncidant avec Législatives.
Seul donc le mois d’août peut sauver l’affiche Bombardier-Eumeu. Et pour cela, il faudrait un nouvel arrêté prolongeant la saison. Comme quoi, la balle est dans le camp du ministre des Sports, Matar Ba.

Drapeau du chef de l’Etat à Tamba : Les combats en semi-nocturne  
En attendant la réponse du ministère des Sports, le Cng de lutte s’active sur les derniers préparatifs du Drapeau du chef de l’Etat. Regroupant les meilleurs lutteurs traditionnels du pays, cette 18e édition est prévue du 30 juin au 2 juillet à Tambacounda. Une ville choisie aux dépens de Kolda et Kédougou. «Les conditions sont réunies pour une bonne organisation avec de bonnes dispositions sur le plan de l’hébergement», rassure M. Ka qui précise que «les combats débuteront à partir de 18 heures». Canicule oblige. Du coup, les amateurs auront droit à des combats en semi-nocturne.
Vainqueur de la dernière édition à Kaffrine, la région de Fatick sera, cette année encore, l’une des régions favorites de l’édition. A noter que l’année prochaine, ce sera autour de la ville de Kolda d’accueillir la famille de la lutte, informe le chargé de communication du Cng.
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here