PARTAGER

Hier vendredi, jour de prière pour les musulmans du Sénégal et du monde, beaucoup de Dakarois ont accompli leur rituel religieux dans l’intimité de leur domicile et le strict respect des directives de l’Etat. Mais ce n’était pas le cas de certaines autorités qui ont pris ces directives. Ainsi, l’ancien Pre­mier ministre et actuel ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République, M. Mahammed Boun Abdallah Dionne, a été aperçu à la grande mosquée de Touba en train de prier, à quelques pas du khalife général des Mourides, Serigne Moun­takha Mbacké. On ne peut qu’admirer sa dévotion et louer la profondeur de sa foi et de sa croyance. Et une fois cela dit, déplorer et fustiger pareille légèreté de la part de cette importante personnalité de l’Etat.
M. Dionne était bien informé des recommandations de son chef, le Président Macky Sall, d’éviter les rassemblements pour empêcher la propagation du Covid-19. Il était conscient que si les autorités de l’Etat ont pu convaincre les chefs religieux de ne pas prier dans les grandes villes du Sénégal, et en particulier à Dakar, la résistance de Touba n’en faisait pas pour autant un havre sûr en termes de santé publique. D’ailleurs, c’est à Touba que l’on compte le plus de personnes infectées par la maladie. Et cette dernière continue de s’étendre. En 3 semaines environ, le Sénégal est passé hier à 42 personnes infectées par le coronavirus. Face à une progression aussi rapide de la pandémie dans notre pays, il est difficile d’expliquer que les personnes les plus à même de donner le bon exemple dans la prévention aillent se mêler à une foule à une heure de grande affluence, sans tenir compte des conséquences pour leur santé et surtout de l’impact que leur geste peut avoir par rapport aux mesures prophylactiques prônées par les autorités sanitaires.
Et surtout, on l’a également vu hier, les populations de Yoff sont sorties pour s’opposer à l’interpellation de l’imam de leur quartier qui avait organisé la prière à la mosquée. Et parmi ces gens, nombreux s’appuyaient sur l’exemple de M. Dionne pour tenter de démontrer que l’Etat ne respectait pas l’égalité républicaine, que ce qui était toléré à Touba ne devait pas être sanctionné ailleurs. On ne dit pas que si l’ex-Pm n’avait pas été à la mosquée de Touba, les gens de Yoff ne se seraient pas révoltés, néanmoins, la force de la sanction qui devait frapper leur indiscipline a été atténuée pas la première indiscipline, celle du plus proche collaborateur du chef de l’Etat.
A quel Sénégalais pourrait-on reprocher demain de ne pas respecter les institutions, quand l’homme qui coordonne toutes les actions de la République montre qu’elles sont faites pour être traitées par-dessus la jambe ? Si demain, à Dieu ne plaise !, le nombre de personnes infectées explose, que nos médecins n’aillent se plaindre nulle part ailleurs. La porte de Mahammed Boun Abdallah Dionne leur sera largement ouverte pour cela.

3 Commentaires

  1. Monsieur Dione est un homme sans ambition particulière.
    Détrompez -CV vous alors ; c’est un homme sans initiatives. Il n’agit jamais de son propre chef. Ce serait beau pour cet âne.
    Comme un pantin, il bouge mais il n’agit pas. Alors comprenez celui qui a fait mouvoir son ce Dionne.

  2. De quoi ont peur nos autorités pour mettre aux pas Touba comme ils l’ont fait à Yoff. Si elles en sont incapables qu’elles rendent le tablier. On ne peut pas accepter que Touba mette en péril le Sénégal de part leur indiscipline. Si non que tout le monde fasse ce que bon lui semble. Et on verra les conséquences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here