PARTAGER

La condamnation du maire de Dakar à 5 ans ferme, vendredi, par le Tribunal de grande instance de Dakar, continue de susciter des commentaires dans la classe politique sénégalaise. Et c’est un des membres du Parti socialiste qui s’y met. «Si Khalifa Sall avait retenu les orientations des sages du Parti socialiste, s’il avait entendu les conseils du Président Abdou Diouf, de Ousmane Tanor Dieng et de tout ce que le Ps a comme personnes ressources, il pouvait s’épargner ces difficultés», a déclaré Bounama Sall. Toutefois, le député de Bby a dit manifester toute sa «solidarité» et sa «compassion» à l’égard de celui qui était le chargé de la Vie politique du Ps, exclu en décembre dernier.
«Au-delà de certaines considérations judiciaires, nous avons une certaine culture qui nous impose une conduite à tenir quand de telles difficultés s’abattent sur un des nôtres», argue le Secrétaire général des jeunesses socialistes. M. Sall d’ajouter : «Khalifa Sall avait été extirpé du Ps par des mains occultes, inexpertes, arrogantes et prétentieuses. Malheu­reusement, c’est lui qui paie le plus lourd tribut.» Pour sa condamnation, Bounama Sall indexe une «frange de l’opposition» qui pourtant, constate-t-il, a «ri sous cape du fait de l’élimination d’un supposé candidat de Manko taxawu senegaal à la Présidentielle de 2019».
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here