PARTAGER

Aminata Mbengue Ndiaye à la tête du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) ? Le Mouvement national des jeunesses socialistes applaudit. Pour le porte-parole des jeunes du Ps, remplacer Tanor par un Socialiste lui ferait «honneur».

Le Parti socialiste veut toujours avoir la mainmise sur le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), même après le décès de Ousmane Tanor Dieng. Le Mouvement national des jeunesses socialistes (Mnjs) invite le Président Macky Sall à choisir un produit du Ps pour succéder au défunt secrétaire général à la tête de cette institution consacrée par le Référendum du 20 mars 2016. «Notre souhait est qu’il y ait un membre du Parti socialiste pour prendre la suite de Ousmane Tanor Dieng au Haut conseil des collectivités territoriales. Faire honneur à Tanor signifierait qu’il soit remplacé par un Socialiste. Lui qui était du début à la fin de la conception et de la réalisation de cette institution. Cela nous ferait plaisir», a déclaré Fakha Touré, porte-parole du Mnjs.
Depuis quelque temps, c’est Aminata Mbengue Ndiaye, actuelle patronne du Ps, qui serait pressentie comme l’élue du chef de l’Etat. Un choix qui agrée parfaitement les Jeunesses socialistes. «Sa légitimité politique, sa qualité de première secrétaire générale adjointe assumant la plénitude de la gestion du parti et le fait que ce poste au Hcct était à Tanor, justifient amplement qu’elle le succède», plaide le secrétaire général des Jeunesses socialistes du département de Fatick.
Par ailleurs, M. Touré, juriste et cadre dans une entreprise de la place, écarte tout «vide juridique» pour la succession de Tanor à la tête du Ps. «Certains sont allés trop vite en besogne sans lire les textes. L’article 18 du Règlement intérieur et l’article 30 des Statuts du parti règlent le problème. A partir du moment où il y a une hiérarchisation des secrétaires généraux, le problème est réglé. Ce vide juridique dont certains parlent n’est pas aussi apparent que ça, si tant est qu’il existe. Aminata Mbengue Ndiaye a été nommément désignée première secrétaire générale adjointe lors de la composition du Bureau politique», a-t-il rappelé.
Au-delà de cette polémique, Fakha Touré appelle les Socialistes à se remobiliser parce que, dit-il, ce serait une «déception pour Ousmane Tanor Dieng qu’après son décès, les hommes qu’il a formés durant 30 ans ne puissent pas perpétuer son œuvre». Cependant, le jeune Socialiste voit dans le parti des responsables «dignes» et «capables» de relever le défi de la succession de Ousmane Tanor Dieng dont «la vision politique ne sera jamais dépassée parce qu’elle est futuriste».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here