PARTAGER

Deux semaines après la visite de presse organisée à Cayar par des conseillers départementaux, sur le «bradage» du domaine public maritime, les choses semblent s’accélérer à toute vitesse pour prendre une autre tournure. Ces conseillers ont convoqué une session extraordinaire pour demander la démission du bureau du Conseil départemental.

«Pour la première fois dans l’histoire des départements du Sénégal, une session extraordinaire va être convoquée par le tiers du Conseil départemental de Thiès.» L’annonce a été faite par le président de la Commission de l’aménagement du territoire et des domaines du Conseil départemental de Thiès. Abdoulaye Sow faisait face à la presse hier pour annoncer la convocation d’une session extraordinaire par 40 conseillers départementaux, le 25 mars prochain afin de demander la «démission du bureau du Conseil départemental de Thiès». Une session qui portera, selon lui, sur l’éclairage des populations du département par rapport au «bradage» du domaine public maritime de Cayar. «40 conseillers départementaux sur 100 ont signé la pétition pour l’organisation d’une session extraordinaire, à l’effet d’examiner l’ordre du jour qui portera sur une motion de blâme contre les membres du bureau du Conseil départemental que nous avons désignés comme étant les auteurs présumés de ce lotissement clandestin. Il y a aussi, la délibération portant demande de démission du bureau et l’installation d’un bureau intérimaire mais également la délibération portant autorisation de poursuite contre le bureau démissionnaire», a déclaré M. Sow. Qui ajoute que «20 autres conseillers ont manifesté leur désir de signer» dans les prochains jours. Il rappelle que «l’article 45 du code général des collectivités locales dispose que le conseil peut se réunir en session extraordinaire à la demande du président, du tiers des conseillers ou du préfet. Et l’ordre du jour est proposé par celui qui demande l’organisation de la session extraordinaire». Au-delà, Abdoulaye Sow salue le «courage» des conseillers départementaux signataires, malgré «les pressions et autres menaces» dont ils auraient fait l’objet.
Pour rappel, ces conseillers avaient organisé une visite de presse le 26 février dernier à Cayar pour constater de visu le «bradage» du domaine public maritime. Un acte «criminel» qu’ils imputent au bureau du Conseil départemental de Thiès dont Idrissa Seck et ses collaborateurs.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here