PARTAGER

La commune de Bocké Dialloubé, dans le département de Podor, a voté ce week-end son budget de 2018. Arrêté à 283 millions 435 mille 096 francs Cfa, plus de 90% de ces ressources budgétaires seront consacrés à l’investissement, selon le maire Abdoulaye Daouda Diallo, par ailleurs ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement.

283 millions 435 mille 096 francs Cfa, c’est le budget 2018 de la commune de Bocké Dialloubé. Ce budget qui n’a jamais atteint ce niveau dans l’histoire de cette commune a été voté à l’unanimité par les 46 conseillers qui composent le conseil municipal. Et l’investissement aura la part belle dans ces ressources, avec plus de 90,85% contre seulement 25 millions estimés à 9,15% pour les dépenses de fonctionnement. Ce qui permettra, selon le maire de la commune, de prendre en charge les problèmes des populations locales érigés en priorité. Déjà, indique Abdoulaye Daouda Diallo, la commune a acquis un financement du Pndl estimé à 100 millions de francs et un autre de 134 millions de francs logé à la Saed et alloué par l’Aidep. Ainsi, la commune de Bocké Diallobé, longtemps laissée en rade dans les politiques de développement de l’Etat, bénéficiera cette année de nombreuses infrastructures. Il s’agit notamment de la construction et de l’équipement de 13 salles de classe, d’un parc de vaccination et d’un mur de clôture du collège de Diongui Thikité. Les financements acquis dans le cadre de l’Aidep permettront, entre autres, la construction de sept parcs de vaccination, de deux magasins de stockage du riz paddy, dont un dans l’Ile à Morphil et le second au niveau de l’axe goudronné, renseigne Moussa Tall, 1er adjoint au maire. Selon Abdoulaye Daouda Diallo, l’Aidep prendra également en charge l’aménagement et l’équipement de cinq jardins maraîchers pour assister les différents groupements de promotion féminins, dont deux seront motorisés et seront implantés à Barobé Diackel et le second au village de N’Gouye, alors que les trois autres seront arrosés à partir des stations de forage. Ce qui permettra aux femmes de la zone d’utiliser le système de goutte à goutte. Ces jardins seront respectivement implantés à Thikité, Sinthiou Diongui et Layki, précise l’adjoint au maire de Bocké Dialloubé.
Après le vote de ce nouveau budget, le maire a dit toute sa satisfaction d’avoir constaté que «les 46 conseillers ont tous compris l’importance qu’il y a à surtout investir au niveau des populations». Il n’a pas manqué de faire remarquer que les secteurs prioritaires ciblés par ces investissements sont ceux de l’éducation, la santé, la pêche, l’élevage, l’agriculture et le désenclavement. Pour le ministre des Infrastructures, «ce qui a fini de réconforter surtout les populations, c’est que l’Ageroute qui est déjà sur place va commencer les travaux de construction de  routes qui vont désenclaver la zone du Diéri et celle du Walo». «Dès la semaine prochaine, il sera surtout question de mettre en place la piste latéritique Bocké Salsalbé-Bocké Dialloubé, à Gaykaada. Cette même piste va continuer jusqu’à Linguère. Et pour résorber la forte demande en eau pour le cheptel et les populations, Bocké Dialloubé va étrenner son deuxième forage», a ajouté l’édile de Bocké Diallobé qui s’est réjoui que sa commune soit la seule à avoir un conseil municipal où il n’y a aucun membre de l’opposition. Le responsable apériste a pu réussir à enrôler les 3 conseillers libéraux et celui du Mpcl dans son parti. Ce qui fait désormais de cette commune la seule collectivité locale du Sénégal à avoir un conseil municipal dont tous les conseillers appartiennent au même parti.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here