PARTAGER

Le budget du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique a été voté, hier, par l’Assemblée nationale. Il a connu une hausse de plus de 56 milliards de francs Cfa. Il est arrêté à la somme de plus de 133 milliards de francs Cfa contre plus de 76 milliards de francs Cfa pour l’année écoulée.  Lors de son passage à l’Assemblée, M. Diallo a été interpellé sur l’insécurité et la confection des nouvelles cartes d’identité biométriques.

Le dépôt et l’obtention de la carte d’identité biométrique est un véritable casse-tête au Sénégal. Les Sénégalais passent des nuits blanches par endroit pour prétendre au précieux sésame. Partout, ce sont de longues files d’attente. C’est ce qui a causé, il y a quelques semaines le décès à Guédiawaye d’un vieux de plus de 80 ans qui attendait son tour devant la Commission administrative. Hier, à l’occasion du vote du budget du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique, les députés ont interpellé Abdoulaye Daouda Diallo sur cette situation. Sur l’insuffisance de commissions, à travers l’ensemble du territoire national, le ministre a renseigné que son département travaille pour améliorer les conditions. Selon lui, il s’agira maintenant de mettre en place au total 700 commissions pour respecter les recommandations du chef de l’Etat au lieu des 500 prévues au départ. Il dresse un bilan devant les parlementaires : «Aujourd’hui, il y a 194 commissions déjà déployées dans le pays dont 85 à Dakar, 37 à Thiés et le reste, c’est dans les départements avant les arrondissements». Il ajoute : «Tivaou­ane connaitra une hausse avec le Gamou d’une autre dizaine de machines, 106 machines vont être déployées d’ici la fin de la semaine et on sera au total aux alentours de 300 machines d’ici la fin de la semaine. Dans les deux semaines à venir, les 200 devront être mises en place à l’intérieur du pays en partie et le reste à l’extérieur avant de compléter avec  les 200 qui restent pour être dans le total des 700.»
Par rapport à la psychose des 10 mille francs Cfa annoncés après expiration du délai des trois mois indiqués par Macky Sall, le ministre balaye les inquiétudes. Il dit : «Nous nous sommes entendus avec le président de la République. Sûre­ment, il autorisera nos compatriotes à continuer à s’inscrire gratuitement sur les listes électorales. Cette carte ne sera pas payante. En tout cas pas pour le moment, jusqu’à la fin de cette révision.»
D’autres sujets ont été abordés dans les débats. La question des cas d’agressions, de meurtres notés ces derniers temps dans le pays a occupé une bonne place. Pour rassurer les Sénégalais, le patron des Forces de l’ordre a indiqué que désormais des opérations de terrain seront menées par la police en relation avec la Direction de la sécurité publique, du Groupement mobile d’intervention (Gmi) et de l’Ecole de police.
Dans le cadre de ce qu’on appelle la police de proximité, Abdoulaye Daouda Diallo a fait savoir qu’ «il y a déjà cette loi en gestation qu’on va soumettre à votre approbation dans les semaines à venir qu’on appelle la Loi d’orientation sur la sécurité intérieure.» Dans la même veine, il a rappelé que depuis 2012, le gouvernement a recruté plus de 4 500 personnes dans la police. Avant de poursuivre : «Je rappelle avec beaucoup de regret qu’en 2012 nous avons trouvé des effectifs de police qui sont inférieurs aux effectifs de la police en 1987.»  Quant   aux brigades de sapeurs-pompiers, le ministre a informé que sur les 45 départements du pays, les 31 sont pourvus de casernes, 14 n’en disposent pas encore. Dans le cadre du maillage du territoire, M. Diallo a réitéré que pour l’année 2017, il est prévu des casernes aux Almadies, à Yoff, Keur Massar, Pikine, Maristes, Bayakh mais aussi à Gossass, Goudomp et Goudiry. L’état de l’administration territoriale et les inquiétudes par rapport au vol de bétail ont été aussi évoqués.
Cette année, le budget de l’Agence de sécurité de proximité(Asp) a connu une hausse, mais le pécule des agents va rester à la somme de 50 mille francs Cfa. Le budget du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique a connu une hausse de plus de 56 milliards de francs Cfa. Il est arrêté à la somme de plus de 133 milliards de francs Cfa contre plus de 76 milliards de francs Cfa pour l’année écoulée.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here